Survive ISIS and Meet Trump

The meeting between Donald Trump and Nadia Murad, a Yazidie survivor and Nobel Peace Prize winner, is painful to watch.

That day, Donald Trump received the « survivors » of the worst tragedies on the planet at the White House. He sat facing the camera, turning his back on them. Each victim was forced to huddle around him order to get a crumb of his attention. Bravely, a Rohingya survivor began to speak. Because of the pogroms, his people, hundreds of thousands of Burmese Muslims, were forced to flee to Bangladesh. « It’s next to Burma, » said a Trump advisor. The President nodded knowingly, as if he had suddenly located Burma. And very well of course.

The most embarrassing occured just after, during the exchange with Nadia Murad. After « Royhingyas », the president is forced to learn a new barbaric word: « YA-ZE-DIS ». We naivly thought he knew. « Rohingyas, » okay. No one cares about Muslims being massacred by Buddhists. Especially not the beloved president of white supremacists. But « Yazidis », a religious minority exterminated by ISIS, whose women were sold as sex slaves, come on… Nothing. The president barely bats an eye.

Fearlessly, the Nobel Prize finds the strength to tell her story for the thousandth time : « ISIS killed my mother and six of my brothers ». The president opened his mouth, what would he say? His pinched pout cracked. And out came these words: « And where are they now? » ». He hadn’t listened. Murad repeated herself, « They are DEAD. » It’s such a simple concept. So simple it could even be written in a tweet. The President nodded with an air of understanding. Death, of course, he knows what that is.

The rest is even more tragic. The Nobel Prize hoped to convince the United States to put pressure on the forces to allow the displaced Yazidis to return home. With a burning heart, she explained to the president that they cannot return to Sinjar because of the conflicts between the Kurdish and the Iraqi government. Donald Trump stopped : « It’s Kurdish and who? »

Nadia Murad was deflated. The America she saw as a hope for the persecuted was dying before her eyes. Suicide by stupidity. Not even a death by bullet. Not even a genocide. Or a cultural genocide. In any case, it was over. Apart from France and its president, whom she spoke of, no other great power existed to be called upon for help.

Donald Trump wants to withdraw his troops. He promised to do so to his followers and to Erdogan. Tomorrow, thanks to his inconstancy, the Turks would be able to massacre the Kurdish, our allies against the jihadists, with impunity. « It’s Kurdish and who? » »

The actor felt that he had forgotten his text. As the camera turned, he improvised: « I know the area very well. The area very well. » Gosh, this actor acts badly. His whole body acts badly. His stiff neck betrays the weariness of having to turn to Nadia Murad and all those victims. All this to hear about rape and geopolitics. As if they were his favorite subjects!

Days before, the president told four “non-white” American congresswomen, three of whom were born in the United States, to « go back to their country ». Weeks ago, he was trying to extricate himself from a sexual assault charge by saying that the victim was not his type. Was Nadia Murad his type?

His pinched pout writhed again: « And you had the Nobel Prize? […] They gave it to you for what reason, if you can explain ? » That’s it. He has enough. The President wish her good luck. For him, this war is over. And the fight against rape never started.

A few months ago, at the request of Nadia Murad and Amal Clooney, the Europeans brought up the idea of a Fund to help the victims of war rapes heal. The American administration stopped everything.  Everywhere, in the UN as in the G7, it blocked any credit from being allocated to « reproductive health », including victims of war rapes… For fear of funding the right to abortion.

Is that the America of today? A bigoted nation presided over by a vulgar president, accused of rape, who refuses to help victims for fear of encouraging women’s right to abort ? A nation with neither a head nor a heart. Who does not know who the Yazidis are. And who will not help the Kurdish in case of a massacre ?

It is to fight against this abandonment, this loss of memory, that I directed a film, fiction inspired by the truth, on the deportation of the Yazidi women and the resistance of the Kurdish fighters:  « Sisters in Arms ».

As a feminist war film, it tells of the worst jihadist men (panicked at the thought of being killed by a woman) and the best women who have stood up to them.  So that we do not forget them, so that the world knows, even the most insensitive, even the most detached.

Even after #MeToo and all the big statements in favor of a more feminist cinema, no American distributor wants to put it in theaters. The American left laughs because of the ignorance and vulgarity of their president. But when they are offered to make this story accessible, they tell you that there is no market.

Is that the America of today? A country can elects stupidity. It happens. But it cannot give up on the cultural fight, just because there is no market. Or we are all lost.

Caroline Fourest

¨Caroline Fourest is columnist at Marianne. She has just finished her first feature film « Sisters in Arms ». She sits on the G7 Women’s Advisory Council.

 

 

Pour les Kurdes

La trahison de nos alliés kurdes annonce bien pire qu’un reniement. Une défaite. Malgré tout ce qui les différencie et souvent les oppose, les Kurdes de Syrie et d’Irak se sont battus contre Daech, pour nous, au nom des mêmes valeurs. En Syrie, les glorieuses guerrières des YPJ et leurs frères d’armes des YPG portent un projet à l’opposé du drapeau noir de l’obscurantisme : égalitaire, écologiste et laïque.

Malgré tous les risques de dogmatisme inhérents aux utopies, cette poche du Rojava a le mérite inouï de planter une graine d’espoir dans un désert sans avenir. Elle permet de croire à un projet alternatif au choix mortel entre dictature nationaliste ou islamisme. Cette herbe folle qui stérilise l’ancien grenier à blé du monde depuis des décennies. A quelques kilomètres de là, les dirigeants du Kurdistan irakien ont parfois les défauts des indépendantistes devenus hommes d’affaires. Mais alentour, tout le monde reconnaît qu’ils ont su faire prospérer autour d’Erbil, l’une des seules régions de l’ancienne Mésopotamie où il fait bon vivre.

Ce n’est pas un hasard si des Arabes et des Turkmènes de Kirkouk ont voté en faveur du oui à l’indépendance. La plupart des sunnites des «territoires disputés» préfèrent vivre sous une démocratie kurde que sous la tutelle chiite de Bagdad, allié à Téhéran. Les voilà désormais à la merci des milices chiites, dirigées par un général iranien, venues aider l’armée irakienne à récupérer la ville et ses puits de pétrole.

Les peshmergas qui avaient vaillamment défendu Kirkouk face à Daech l’ont rendu sans combattre. Par peur de verser un sang inutile. Le rapport de force était perdu d’avance. Mais c’est une branche de l’Union patriotique du Kurdistan (PUK) qui a permis d’ouvrir les portes de la ville, en échange d’un marchandage peu glorieux. Trahi de toutes parts, Massoud Barzani annonce prendre du champ. Beaucoup lui en veulent d’avoir porté ce référendum au risque d’échouer.

Y avait-il meilleur moment pour réclamer non pas son indépendance, mais au moins son désir de liberté ? Comme l’ont répété les amis des Kurdes, Frédéric Tissot, Bernard Henri-Lévy ou Bernard Kouchner, «ce n’est jamais le bon moment. Et toujours le moment». Tout le monde pressentait qu’une fois Raqqa libéré, le monde abandonnerait les Kurdes à leur sort : un tuteur irakien qui n’a jamais respecté les accords prévus par le Constitution. Erbil était même convaincu que Bagdad planifiait cette reconquête depuis des mois. D’où cette course contre la montre pour arracher un oui à l’indépendance, franc et massif, avant d’entamer une négociation. Au lieu de quoi, Bagdad a envoyé ses milices et ses chars – fournis par l’armée américaine pour écraser Daech – rouler sur les peshmergas. Leurs chenilles se sont arrêtées à quelques kilomètres d’Erbil. Un coup de force pour imposer une unité irakienne à laquelle plus personne ne croit. Les tanks n’ont jamais conquis les cœurs. Ils ne feront pas oublier les 92,7 % en faveur de l’indépendance du Kurdistan.

Ce chiffre demeure dans les esprits, tel une prise de guerre, enfermé dans un coffre de l’histoire. Pour l’ouvrir, il faudra la révolte de l’opinion internationale et une nouvelle génération de leaders kurdes, animés d’un nouvel esprit d’union. Si la plus grande diaspora du monde n’a toujours pas de nation ou de confédération, c’est aussi à cause de ses divisions – à la fois culturelles, économiques et politiques – qui l’empêchent de faire front face aux deux puissances prêtes à briser le rêve kurde : l’Iran et la Turquie.

Rien n’est plus inquiétant que cette alliance entre le régime des mollahs, décidé à tracer un arc chiite jusqu’à la mer, et Recep Tayyip Erdogan, se prenant pour le nouveau calife. L’Amérique, qui a perdu la tête en élisant Trump, laisse faire. Au bord d’une fitna – un schisme, une division – sans précédent, le monde se retrouve sans gendarme et sans garde-fou, plus instable que jamais. Que fera l’Europe, déchirée de l’intérieur ? Et la France ? Notre honneur serait de réclamer la reconnaissance du Kurdistan au Conseil de sécurité. Laisser nos alliés de cœur se faire dévorer ne nous amènera pas la paix. Ce signal de faiblesse ne fera qu’engraisser l’ogre de l’après-Daech. Or il nous menace aussi.

Caroline Fourest

Éditos, vendredi 10 novembre 2017, p. 45

Ne laissons pas s’éteindre en nous la flamme du Kurdistan

Plusieurs personnalités françaises, dont Bernard-Henri Lévy et Anne Hidalgo, dénoncent le silence des grandes démocraties face au drame que vit ce peuple

Un sentiment d’accablement, et d’injustice extrême, nous étreint et nous réunit pour lancer, ici, aujourd’hui, cet appel de Paris en faveur du Kurdistan. Voilà une nation amie qui sort de cent ans de lutte contre toutes les tyrannies. Voilà un peuple qui s’est porté, trois ans durant, seul au sol, sur 1 000 kilomètres de front, contre l’organisation Etat islamique. Voilà des femmes, des hommes, qui ont accueilli un million et demi de réfugiés chrétiens, yézidis, musulmans, qui fuyaient l’enfer islamiste.

Ce peuple, le 25 septembre 2017, se prononce, par un référendum démocratique, et à une majorité écrasante, en faveur d’une indépendance qui est son rêve séculaire. Il se prononce pour l’ouverture de pourparlers avec Bagdad, dont il est bien spécifié qu’ils prendront le temps qu’il faudra pour qu’un avenir solide, concer­té, puisse se construire entre peuples constitutifs de la « fédération » irakienne.

Mais voilà que les grandes puissances démocratiques condamnent, par avance, ce référendum au nom de l’intégrité territoriale de l’Irak, ce pays déchiré, désuni, chaotique, qu’elles feignent, de manière incompréhensible, de tenir pour une donnée intangible de l’équilibre régional.

Et voilà que, forts de cette condamnation du Kurdistan par ses alliés et amis d’hier, les pays voisins (Irak, bien sûr – mais aussi Iran et Turquie), qui tiennent les Kurdes pour un peuple décidément en trop, décrètent un embargo aérien et terrestre sur le Kurdistan; l’enferment, ainsi que le million et demi de réfugiés, dans ses frontières; et que l’Irak, à l’aide de chars américains et avec l’appui de milices chiites et de pasdarans venus d’Iran, passe à l’attaque, s’empare de la zone de Kirkouk, et affronte les peshmergas jusqu’à 50 kilomètres d’Erbil.

Nul, alors, ne vient au secours du ­Kurdistan. Nul ne condamne l’agression de ces puissants voisins pour qui le silence de la communauté internationale est une aubaine permettant d’en finir avec ce trublion démocratique, ce mauvais exemple que serait un Kurdistan ­libre et indépendant dans une région qui cultive les régimes autoritaires, et ­opprime ses minorités.

Nul ne semble réaliser que l’Iran met, un peu plus encore, la main sur l’Irak, et achève d’ouvrir, avec la complicité du sinistre Bachar Al-Assad, le fameux corridor chiite dont elle rêve depuis longtemps et qui a vocation à aller du Liban à Bahreïn.

Trahis par certains en leur sein, abandonnés de leurs amis d’hier, que vont alors faire les Kurdes? Se plier à un destin funeste? Redevenir, sous la contrainte des « Irakiens », ce fantôme de nation, cette chimère sanglante? Rentrer dans l’ombre, retourner dans les montagnes dont nul, ­jamais, n’a pu les chasser? Va-t-il, ce peuple fier qui rêvait de prospérité et de modernité, qui vivait à l’heure de la démo­cratie, qui en avait assez de devoir vivre les armes à la main contre d’éternels ennemis, retrouver sa flamme et reprendre sa marche séculaire vers la liberté?

Ce peuple est un ami de la France. Il a reçu, depuis tant d’années, le témoignage répété de notre admiration et de notre gra­titude. Quand tous se détournent de lui, nous nous devons d’être fidèles à cette histoire de liberté et de grandeur. Nous avons, nous, Français, héritiers de Voltaire, de Gambetta, de Zola, de Dreyfus, de Jean Moulin, un ­peuple proche de nous et qui s’est inspiré de nous; sa flamme – la ­Fondation Danielle Mitterrand, qui contribue à nous rassembler, est là pour en témoigner – a été aussi, un peu, la nôtre et fait partie de l’histoire de la France et de Paris.

Ne laissons pas s’éteindre en nous la flamme du Kurdistan. Demandons le retrait des troupes irakiennes et des milices iraniennes qui les appuient sur la ligne où elles se trouvaient avant le référendum du 25 septembre. Exigeons l’arrêt des exactions, des pillages, des assassinats ciblés ou collectifs qui ravagent, depuis que les milices l’ont envahie, la ville de Kirkouk ainsi que ses environs.

Plaidons pour que la coalition internationale, qui a combattu face à l’organisation Etat islamique au coude-à-coude avec les combattants irakiens mais aussi kurdes, impose sa médiation aux frères d’armes lancés, aujourd’hui, dans une guerre ruineuse pour tous.

 

Caroline Fourest est journaliste et essayiste Anne Hidalgo est maire de Paris Bernard Kouchner est ancien ­ministre des affaires étrangères Bernard-Henri Lévy est philosophe et membre du conseil de surveillance du « Monde » Kendal Nezan est président ­de l’Institut kurde de Paris Manuel Valls est ancien premier ­ministre