Bourdin-Ramadan

Merci, mes chers confrères, de ne plus m’appeler pour m’inviter à prendre la parole pour commenter l’émission de ce matin.

Depuis le début de cette affaire, en dehors de mes chroniques dans Marianne, je m’exprime le moins possible sur ce sujet. Cette affaire est tombée alors que j’avais déjà décidé de me retirer des médias pour me consacrer à mon film. Je ne travaille plus sur ce personnage depuis des années. Et c’est désormais à la justice d’enquêter.

Que Tariq Ramadan choisisse de sortir de son silence pour s’exprimer, c’est son droit, son moment. Que Jean-Jacques Bourdin, qui l’invite depuis des années, s’empresse de lui tendre le micro en plein Grenelle sur les violences sexuelles, pour la sortie d’un livre sans mea culpa le 11 septembre, c’est son choix. Il ne me surprend pas.

Plusieurs contre-vérités énoncées sur ce plateau, comme cette invention grotesque de « traquenard », ont été démenties par l’enquête. Il suffisait de lire cette chronique pour le savoir et le rappeler.

Sans même parler de l’aspect judiciaire, la parole de Monsieur Ramadan a perdu toute crédibilité. Il est un fait établi que ses mensonges répétés et ses postures victimaires ne pourront plus masquer : ceux qui ont été traités de menteurs pendant des années pour avoir enquêté sur son double discours disaient vrai.

Je n’ai rien d’autre à ajouter. Que la justice passe. Courage à ces femmes qui subissent un lynchage permanent pour avoir osé parler.

Caroline Fourest

PS : Petit aperçu, en illustration, de ce que me vaut un passage de Tariq Ramadan en télé (et ça dure depuis presque quinze ans…)

 

 

 

La bande-annonce de « Soeurs d’Armes » !

Comme un avant-goût… La bande-annonce de « Soeurs d’Armes » !  vient de franchir les 700 000 vues en quelques heures . Merci… Continuez à faire tourner ! Et rendez-vous le 9 octobre au cinéma.

Deux jeunes françaises, Kenza et Yaël, rejoignent une brigade internationale partie se battre aux côtés des combattantes Kurdes. Leur quête croise celle de Zara, une rescapée Yézidie. Issues de cultures très différentes mais profondément solidaires, ces Sœurs d’Armes pansent leurs blessures en découvrant leur force et la peur qu’elles inspirent à leurs adversaires.

Un film de Caroline Fourest

Avec Dilan Gwyn, Amira Casar, Camélia Jordana, Maya Sansa, Esther Garrel, Nanna Blondell, Korkmaz Arslan, Noush Skaugen, Mark Ryder, Youssef Douazou, Filip Crine, Pascal Greggory, Roda Canioglu, Darina Al Joundi, Shaniaz Hama Ali, Roj Hajo, Mouafaq Rushdie

 

Sisters in arms is the history of an international brigade of female volunteers inside the Kurdish Resistance joigned a by a young Yazidi kidnapped and sold as a slave who managed to escape.

Director: Caroline Fourest

Writer: Caroline Fourest

Cast: Dilan Gwyn, Amira Casar, Camélia Jordana, Maya Sansa, Esther Garrel, Nanna Blondell, Korkmaz Arslan, Noush Skaugen, Mark Ryder, Youssef Douazou, Filip Crine, Pascal Greggory, Roda Canioglu, Darina Al Joundi, Shaniaz Hama Ali, Roj Hajo, Mouafaq Rushdie

 

#sistersinarms #soeursdarmes

Survive ISIS and Meet Trump

The meeting between Donald Trump and Nadia Murad, a Yazidie survivor and Nobel Peace Prize winner, is painful to watch.

That day, Donald Trump received the « survivors » of the worst tragedies on the planet at the White House. He sat facing the camera, turning his back on them. Each victim was forced to huddle around him order to get a crumb of his attention. Bravely, a Rohingya survivor began to speak. Because of the pogroms, his people, hundreds of thousands of Burmese Muslims, were forced to flee to Bangladesh. « It’s next to Burma, » said a Trump advisor. The President nodded knowingly, as if he had suddenly located Burma. And very well of course.

The most embarrassing occured just after, during the exchange with Nadia Murad. After « Royhingyas », the president is forced to learn a new barbaric word: « YA-ZE-DIS ». We naivly thought he knew. « Rohingyas, » okay. No one cares about Muslims being massacred by Buddhists. Especially not the beloved president of white supremacists. But « Yazidis », a religious minority exterminated by ISIS, whose women were sold as sex slaves, come on… Nothing. The president barely bats an eye.

Fearlessly, the Nobel Prize finds the strength to tell her story for the thousandth time : « ISIS killed my mother and six of my brothers ». The president opened his mouth, what would he say? His pinched pout cracked. And out came these words: « And where are they now? » ». He hadn’t listened. Murad repeated herself, « They are DEAD. » It’s such a simple concept. So simple it could even be written in a tweet. The President nodded with an air of understanding. Death, of course, he knows what that is.

The rest is even more tragic. The Nobel Prize hoped to convince the United States to put pressure on the forces to allow the displaced Yazidis to return home. With a burning heart, she explained to the president that they cannot return to Sinjar because of the conflicts between the Kurdish and the Iraqi government. Donald Trump stopped : « It’s Kurdish and who? »

Nadia Murad was deflated. The America she saw as a hope for the persecuted was dying before her eyes. Suicide by stupidity. Not even a death by bullet. Not even a genocide. Or a cultural genocide. In any case, it was over. Apart from France and its president, whom she spoke of, no other great power existed to be called upon for help.

Donald Trump wants to withdraw his troops. He promised to do so to his followers and to Erdogan. Tomorrow, thanks to his inconstancy, the Turks would be able to massacre the Kurdish, our allies against the jihadists, with impunity. « It’s Kurdish and who? » »

The actor felt that he had forgotten his text. As the camera turned, he improvised: « I know the area very well. The area very well. » Gosh, this actor acts badly. His whole body acts badly. His stiff neck betrays the weariness of having to turn to Nadia Murad and all those victims. All this to hear about rape and geopolitics. As if they were his favorite subjects!

Days before, the president told four “non-white” American congresswomen, three of whom were born in the United States, to « go back to their country ». Weeks ago, he was trying to extricate himself from a sexual assault charge by saying that the victim was not his type. Was Nadia Murad his type?

His pinched pout writhed again: « And you had the Nobel Prize? […] They gave it to you for what reason, if you can explain ? » That’s it. He has enough. The President wish her good luck. For him, this war is over. And the fight against rape never started.

A few months ago, at the request of Nadia Murad and Amal Clooney, the Europeans brought up the idea of a Fund to help the victims of war rapes heal. The American administration stopped everything.  Everywhere, in the UN as in the G7, it blocked any credit from being allocated to « reproductive health », including victims of war rapes… For fear of funding the right to abortion.

Is that the America of today? A bigoted nation presided over by a vulgar president, accused of rape, who refuses to help victims for fear of encouraging women’s right to abort ? A nation with neither a head nor a heart. Who does not know who the Yazidis are. And who will not help the Kurdish in case of a massacre ?

It is to fight against this abandonment, this loss of memory, that I directed a film, fiction inspired by the truth, on the deportation of the Yazidi women and the resistance of the Kurdish fighters:  « Sisters in Arms ».

As a feminist war film, it tells of the worst jihadist men (panicked at the thought of being killed by a woman) and the best women who have stood up to them.  So that we do not forget them, so that the world knows, even the most insensitive, even the most detached.

Even after #MeToo and all the big statements in favor of a more feminist cinema, no American distributor wants to put it in theaters. The American left laughs because of the ignorance and vulgarity of their president. But when they are offered to make this story accessible, they tell you that there is no market.

Is that the America of today? A country can elects stupidity. It happens. But it cannot give up on the cultural fight, just because there is no market. Or we are all lost.

Caroline Fourest

¨Caroline Fourest is columnist at Marianne. She has just finished her first feature film « Sisters in Arms ». She sits on the G7 Women’s Advisory Council.

 

 

To know more about Caroline Fourest work.

Hello to all of you. Here are links to my articles in different languages. A big thank you the fantastic translators who worked to make this work accessible. Some blogs are more provided than others.All goodwill to translate are welcome.

Caroline Fourest

Blog in English

Blog in Arabic / مدونةكارولينفوريست

Blog in Bengali / ক্যারোলিনফোরেস্ট

Blog in Chinese / 卡罗琳·福里斯特是

Blog in Korean / 카롤린푸레스트

Blog en Croatian / Na Hrvatskom

Blog in Spanish / Blog en Castellano

Blog in French

Blog in Hindi / कैरोलीनफोरेस्ट

Blog in Italian / In Italiano

Blog en Japonais / キャロラインフォーレスト

Blog in Portuguese

Blog in Kurdish Kurmanji

Blog in Kurdish Sorani / كارؤلين فؤريَست

Blog in Russian / Блог на русском

Books and Films (official website)

Babel 2.0

Bonjour à toutes et à tous.

Voici des liens renvoyant à mes articles en différentes langues.
Un grand merci aux fantastiques traducteurs qui ont travaillé pour rendre ce travail accessible. Certains blogs sont plus fournis que d’autres.
Toutes les bonnes volontés pour traduire sont les bienvenues.

Caroline Fourest

Blog en Anglais / Blog in English

Blog en Arabe / مدونةكارولينفوريست

Blog en Bengali / ক্যারোলিনফোরেস্ট

Blog en Chinois / 卡罗琳·福里斯特是

Blog en Coréen / 카롤린푸레스트

Blog en Croate / Na Hrvatskom

Blog en Espagnol / Blog en Castellano

Blog en Français

Blog en Hindi / कैरोलीनफोरेस्ट

Blog en Italien / In Italiano

Blog en Japonais / キャロラインフォーレスト

Blog en Kurde Kurmanji

Blog en Kurde Sorani / كارؤلين فؤريَست

Blog en Portugais

Blog en Russe / Блог на русском

Livres et Films (Site officiel)

 

Le tournant laïque d’Emmanuel Macron ?

 

Alors que ses annonces ont déçu sur le plan social, le président de la République a tenu un discours régalien qui a le mérite de clarifier sa position sur la laïcité : « La loi de 1905 est notre pilier, pertinente, fruit de bataille. Elle doit être renforcée et appliquée. » Il a même nommé ceux qui la menacent : « Aujourd’hui, nous ne devons pas nous masquer : quand on parle de laïcité, on ne parle pas vraiment de laïcité mais du communautarisme qui s’est installé dans certains quartiers de la République. […] On parle des gens qui au nom d’une religion poursuivent un projet politique, celui d’un islam politique qui veut faire sécession avec notre République. »

Il n’en fallait pas plus pour que La France insoumise y voie un clin d’œil à l’extrême droite. Un amalgame dangereux, entre vigilance laïque et racisme. L’appel du pied se trouve plus loin. Lorsque le président a annoncé un débat annuel sur l’immigration. Comme s’il n’avait pas lieu toute l’année et ne partait pas déjà dans tous les sens. Sur la laïcité, au contraire, la clarté présidentielle a le mérite de couper l’herbe sous le pied des extrémistes. Ce n’était peut-être pas le lieu, ni le moment, plutôt celui de répondre aux « gilets jaunes ». Mais, comme il doit rassembler les républicains des deux rives, ceux qui seront toujours du parti de la République face au chaos, ce n’était pas superflu. D’autant que le président les inquiétait sur ces sujets.

Pendant sa campagne et les premiers mois de son mandat, il a plus souvent dénoncé la « radicalisation » de la laïcité que celle des intégristes. Tout en encourageant l’Eglise à « aller au bout de sa vocation », y compris sur les questions temporelles, il n’a cessé de minimiser les atteintes à la laïcité. Jusqu’à redouter un « réveil laïque qui tend à faire du camp laïque une religion ». Une approche qui pouvait donner le sentiment d’hésiter entre la « laïcité d’ouverture » façon Paul Ricœur et la « laïcité ouverte » façon Jean Baubérot. Le discours de l’autre soir marque un coup d’arrêt, en levant cette ambiguïté. Dans son discours aux intellectuels, quelques semaines plus tôt, Emmanuel Macron avait déjà pris le temps de dessiner une vision plus précise des enjeux de la séparation. En expliquant qu’il croyait à la laïcité comme « cadre » et non comme « religion ». Tout en précisant qu’il ne voulait ni l’ouvrir ni la fermer : « La laïcité n’a pas d’adjectif. » Ce qui va toujours mieux en le disant. Le vrai tournant est ailleurs. Il n’est pas philosophique mais politique.

Tant qu’il devait se démarquer de Manuel Valls, Emmanuel Macron insistait beaucoup sur le risque d’une certaine radicalisation de la laïcité. Il existe. Lorsque certains veulent aller jusqu’à interdire le voile à l’université, sur la plage ou dans la rue. Ce que le président a raison de refuser. Son tort était de minimiser la montée de l’intégrisme et le recul, bien réel, de la sécularisation. Cette cécité semble cesser.

Lors de cette rencontre avec des intellectuels, Emmanuel Macron s’est alarmé de voir des enfants juifs quitter l’école publique par peur de l’antisémitisme. Il a nommé le défi du « communautarisme », porté par des groupes « qui ont une vision très conservatrice et de type politique de l’islam », comme « les frères musulmans ou les salafistes ».

Un danger pris au sérieux : « Toute immixtion dans ce qui est de l’ordre de l’Etat ou de l’organisation d’une société du fait de la religion ne peut être acceptée. » C’est notamment le cas lorsqu’un « islam consulaire » s’immisce dans nos affaires au point d’entraver l’intégration. « Pour se parler franchement, a ajouté le président, nous avons un vrai sujet avec la Turquie. » Une alerte qui a du cran.

C’est un bon point, assurément. Cette clarification va rassurer les républicains des deux rives. Elle ne suffira pas à convaincre les républicains de gauche. Emmanuel Macron est-il vraiment déterminé à protéger les intérêts de l’Etat contre tous les particularismes, religieux ou financier ? S’il persiste à vouloir privatiser Aéroports de Paris, une entreprise de service public stratégique qui ne perd pas d’argent, son discours risque de sonner creux. Les questions régaliennes méritent, absolument, d’être réaffirmées. Elles ne peuvent masquer l’urgence de protéger l’Etat contre les intérêts privés.

Caroline Fourest

Marianne

3 mai 2019