Survive ISIS and Meet Trump

The meeting between Donald Trump and Nadia Murad, a Yazidie survivor and Nobel Peace Prize winner, is painful to watch.

That day, Donald Trump received the « survivors » of the worst tragedies on the planet at the White House. He sat facing the camera, turning his back on them. Each victim was forced to huddle around him order to get a crumb of his attention. Bravely, a Rohingya survivor began to speak. Because of the pogroms, his people, hundreds of thousands of Burmese Muslims, were forced to flee to Bangladesh. « It’s next to Burma, » said a Trump advisor. The President nodded knowingly, as if he had suddenly located Burma. And very well of course.

The most embarrassing occured just after, during the exchange with Nadia Murad. After « Royhingyas », the president is forced to learn a new barbaric word: « YA-ZE-DIS ». We naivly thought he knew. « Rohingyas, » okay. No one cares about Muslims being massacred by Buddhists. Especially not the beloved president of white supremacists. But « Yazidis », a religious minority exterminated by ISIS, whose women were sold as sex slaves, come on… Nothing. The president barely bats an eye.

Fearlessly, the Nobel Prize finds the strength to tell her story for the thousandth time : « ISIS killed my mother and six of my brothers ». The president opened his mouth, what would he say? His pinched pout cracked. And out came these words: « And where are they now? » ». He hadn’t listened. Murad repeated herself, « They are DEAD. » It’s such a simple concept. So simple it could even be written in a tweet. The President nodded with an air of understanding. Death, of course, he knows what that is.

The rest is even more tragic. The Nobel Prize hoped to convince the United States to put pressure on the forces to allow the displaced Yazidis to return home. With a burning heart, she explained to the president that they cannot return to Sinjar because of the conflicts between the Kurdish and the Iraqi government. Donald Trump stopped : « It’s Kurdish and who? »

Nadia Murad was deflated. The America she saw as a hope for the persecuted was dying before her eyes. Suicide by stupidity. Not even a death by bullet. Not even a genocide. Or a cultural genocide. In any case, it was over. Apart from France and its president, whom she spoke of, no other great power existed to be called upon for help.

Donald Trump wants to withdraw his troops. He promised to do so to his followers and to Erdogan. Tomorrow, thanks to his inconstancy, the Turks would be able to massacre the Kurdish, our allies against the jihadists, with impunity. « It’s Kurdish and who? » »

The actor felt that he had forgotten his text. As the camera turned, he improvised: « I know the area very well. The area very well. » Gosh, this actor acts badly. His whole body acts badly. His stiff neck betrays the weariness of having to turn to Nadia Murad and all those victims. All this to hear about rape and geopolitics. As if they were his favorite subjects!

Days before, the president told four “non-white” American congresswomen, three of whom were born in the United States, to « go back to their country ». Weeks ago, he was trying to extricate himself from a sexual assault charge by saying that the victim was not his type. Was Nadia Murad his type?

His pinched pout writhed again: « And you had the Nobel Prize? […] They gave it to you for what reason, if you can explain ? » That’s it. He has enough. The President wish her good luck. For him, this war is over. And the fight against rape never started.

A few months ago, at the request of Nadia Murad and Amal Clooney, the Europeans brought up the idea of a Fund to help the victims of war rapes heal. The American administration stopped everything.  Everywhere, in the UN as in the G7, it blocked any credit from being allocated to « reproductive health », including victims of war rapes… For fear of funding the right to abortion.

Is that the America of today? A bigoted nation presided over by a vulgar president, accused of rape, who refuses to help victims for fear of encouraging women’s right to abort ? A nation with neither a head nor a heart. Who does not know who the Yazidis are. And who will not help the Kurdish in case of a massacre ?

It is to fight against this abandonment, this loss of memory, that I directed a film, fiction inspired by the truth, on the deportation of the Yazidi women and the resistance of the Kurdish fighters:  « Sisters in Arms ».

As a feminist war film, it tells of the worst jihadist men (panicked at the thought of being killed by a woman) and the best women who have stood up to them.  So that we do not forget them, so that the world knows, even the most insensitive, even the most detached.

Even after #MeToo and all the big statements in favor of a more feminist cinema, no American distributor wants to put it in theaters. The American left laughs because of the ignorance and vulgarity of their president. But when they are offered to make this story accessible, they tell you that there is no market.

Is that the America of today? A country can elects stupidity. It happens. But it cannot give up on the cultural fight, just because there is no market. Or we are all lost.

Caroline Fourest

¨Caroline Fourest is columnist at Marianne. She has just finished her first feature film « Sisters in Arms ». She sits on the G7 Women’s Advisory Council.

 

 

To know more about Caroline Fourest work.

Hello to all of you. Here are links to my articles in different languages. A big thank you the fantastic translators who worked to make this work accessible. Some blogs are more provided than others.All goodwill to translate are welcome.

Caroline Fourest

Blog in English

Blog in Arabic / مدونةكارولينفوريست

Blog in Bengali / ক্যারোলিনফোরেস্ট

Blog in Chinese / 卡罗琳·福里斯特是

Blog in Korean / 카롤린푸레스트

Blog en Croatian / Na Hrvatskom

Blog in Spanish / Blog en Castellano

Blog in French

Blog in Hindi / कैरोलीनफोरेस्ट

Blog in Italian / In Italiano

Blog en Japonais / キャロラインフォーレスト

Blog in Portuguese

Blog in Kurdish Kurmanji

Blog in Kurdish Sorani / كارؤلين فؤريَست

Blog in Russian / Блог на русском

Books and Films (official website)

Babel 2.0

Bonjour à toutes et à tous.

Voici des liens renvoyant à mes articles en différentes langues.
Un grand merci aux fantastiques traducteurs qui ont travaillé pour rendre ce travail accessible. Certains blogs sont plus fournis que d’autres.
Toutes les bonnes volontés pour traduire sont les bienvenues.

Caroline Fourest

Blog en Anglais / Blog in English

Blog en Arabe / مدونةكارولينفوريست

Blog en Bengali / ক্যারোলিনফোরেস্ট

Blog en Chinois / 卡罗琳·福里斯特是

Blog en Coréen / 카롤린푸레스트

Blog en Croate / Na Hrvatskom

Blog en Espagnol / Blog en Castellano

Blog en Français

Blog en Hindi / कैरोलीनफोरेस्ट

Blog en Italien / In Italiano

Blog en Japonais / キャロラインフォーレスト

Blog en Kurde Kurmanji

Blog en Kurde Sorani / كارؤلين فؤريَست

Blog en Portugais

Blog en Russe / Блог на русском

Livres et Films (Site officiel)

 

Le tournant laïque d’Emmanuel Macron ?

 

Alors que ses annonces ont déçu sur le plan social, le président de la République a tenu un discours régalien qui a le mérite de clarifier sa position sur la laïcité : « La loi de 1905 est notre pilier, pertinente, fruit de bataille. Elle doit être renforcée et appliquée. » Il a même nommé ceux qui la menacent : « Aujourd’hui, nous ne devons pas nous masquer : quand on parle de laïcité, on ne parle pas vraiment de laïcité mais du communautarisme qui s’est installé dans certains quartiers de la République. […] On parle des gens qui au nom d’une religion poursuivent un projet politique, celui d’un islam politique qui veut faire sécession avec notre République. »

Il n’en fallait pas plus pour que La France insoumise y voie un clin d’œil à l’extrême droite. Un amalgame dangereux, entre vigilance laïque et racisme. L’appel du pied se trouve plus loin. Lorsque le président a annoncé un débat annuel sur l’immigration. Comme s’il n’avait pas lieu toute l’année et ne partait pas déjà dans tous les sens. Sur la laïcité, au contraire, la clarté présidentielle a le mérite de couper l’herbe sous le pied des extrémistes. Ce n’était peut-être pas le lieu, ni le moment, plutôt celui de répondre aux « gilets jaunes ». Mais, comme il doit rassembler les républicains des deux rives, ceux qui seront toujours du parti de la République face au chaos, ce n’était pas superflu. D’autant que le président les inquiétait sur ces sujets.

Pendant sa campagne et les premiers mois de son mandat, il a plus souvent dénoncé la « radicalisation » de la laïcité que celle des intégristes. Tout en encourageant l’Eglise à « aller au bout de sa vocation », y compris sur les questions temporelles, il n’a cessé de minimiser les atteintes à la laïcité. Jusqu’à redouter un « réveil laïque qui tend à faire du camp laïque une religion ». Une approche qui pouvait donner le sentiment d’hésiter entre la « laïcité d’ouverture » façon Paul Ricœur et la « laïcité ouverte » façon Jean Baubérot. Le discours de l’autre soir marque un coup d’arrêt, en levant cette ambiguïté. Dans son discours aux intellectuels, quelques semaines plus tôt, Emmanuel Macron avait déjà pris le temps de dessiner une vision plus précise des enjeux de la séparation. En expliquant qu’il croyait à la laïcité comme « cadre » et non comme « religion ». Tout en précisant qu’il ne voulait ni l’ouvrir ni la fermer : « La laïcité n’a pas d’adjectif. » Ce qui va toujours mieux en le disant. Le vrai tournant est ailleurs. Il n’est pas philosophique mais politique.

Tant qu’il devait se démarquer de Manuel Valls, Emmanuel Macron insistait beaucoup sur le risque d’une certaine radicalisation de la laïcité. Il existe. Lorsque certains veulent aller jusqu’à interdire le voile à l’université, sur la plage ou dans la rue. Ce que le président a raison de refuser. Son tort était de minimiser la montée de l’intégrisme et le recul, bien réel, de la sécularisation. Cette cécité semble cesser.

Lors de cette rencontre avec des intellectuels, Emmanuel Macron s’est alarmé de voir des enfants juifs quitter l’école publique par peur de l’antisémitisme. Il a nommé le défi du « communautarisme », porté par des groupes « qui ont une vision très conservatrice et de type politique de l’islam », comme « les frères musulmans ou les salafistes ».

Un danger pris au sérieux : « Toute immixtion dans ce qui est de l’ordre de l’Etat ou de l’organisation d’une société du fait de la religion ne peut être acceptée. » C’est notamment le cas lorsqu’un « islam consulaire » s’immisce dans nos affaires au point d’entraver l’intégration. « Pour se parler franchement, a ajouté le président, nous avons un vrai sujet avec la Turquie. » Une alerte qui a du cran.

C’est un bon point, assurément. Cette clarification va rassurer les républicains des deux rives. Elle ne suffira pas à convaincre les républicains de gauche. Emmanuel Macron est-il vraiment déterminé à protéger les intérêts de l’Etat contre tous les particularismes, religieux ou financier ? S’il persiste à vouloir privatiser Aéroports de Paris, une entreprise de service public stratégique qui ne perd pas d’argent, son discours risque de sonner creux. Les questions régaliennes méritent, absolument, d’être réaffirmées. Elles ne peuvent masquer l’urgence de protéger l’Etat contre les intérêts privés.

Caroline Fourest

Marianne

3 mai 2019

Une Censure victimaire

Hier encore, des intégristes mettaient des œuvres à l’Index au nom du blasphème. Le nouveau péché, aux yeux de la gauche identitaire, s’appelle l’« appropriation culturelle ». La France résiste. L’exposition « Exhibit B » sur les « zoos humains » a bien eu lieu, mais sous protection policière. Le spectacle inspiré par le dernier livre de Charb a bien été vu, mais il faut veiller sec pour que le courage tienne. Malgré la polémique, la pièce Kanata a connu ses premières représentations sur les planches du Théâtre du Soleil, grâce à la ténacité légendaire d’Ariane Mnouchkine. L’agression contre la troupe qui voulait jouer les Suppliantes, d’Eschyle, à la Sorbonne, a fait la quasi-unanimité contre elle. Jusqu’à quand ?

Aux Etats-Unis, en Angleterre ou au Canada, la censure victimaire aurait mis à bas ces expositions et ces pièces. Même en France, elle gagne la nouvelle génération à une vitesse stupéfiante. La dérive de l’Unef n’est qu’une alerte parmi d’autres. Dans le dossier consacré aux « obsédés de la race » dans Marianne (no 1152, du 12 avril 2019), Etienne Girard a très bien décrit la « guerre des facs » qui se joue en coulisse, au sein de la sociologie notamment. Les universalistes l’ont perdue.

A l’Ehess, à Paris-VIII, à l’Ecole normale supérieure, la norme est désormais d’appartenir à cette gauche identitaire, anti-Charlie, fan des indigènes de la République, férue de ségrégation entre « racisés » et « non-racisés », de procès d’intention en « islamophobie » et de mises à l’index en « appropriation culturelle ». Chez eux, la « lutte des races » a remplacé la lutte des classes. L’ennemi bourgeois s’appelle l’universalisme laïque, jugé raciste. Soumis à l’impérialisme culturel, ils importent des concepts anglo-saxons simplistes et grossiers. Un politiquement correct excessif qui n’est pas loin d’expliquer, par retour de bâton, le succès d’un Donald Trump. Ce qui nous pend au nez. Dans la Dictature des identités, Laurent Dubreuil décrit parfaitement cette dérive de la « politique de l’identité » *, ses dégâts sur la gauche et les campus. Les études de genre, les études décoloniales, m’ont fait rêver il y a quelques années. Depuis, ces cursus ont tourné au ghetto culturel. Pas tous. Certains continuent de forger un esprit critique permettant de déconstruire les processus de domination de façon universelle. D’autres se sont enfermés dans ces catégories qu’ils devaient dénoncer, par goût de l’entre-soi et de l’« authenticité », au point de refuser le mélange et le débat intellectuel.

Aux Etats-Unis et au Canada, les professeurs sont terrorisés à l’idée d’aborder certains sujets devant leurs étudiants, capables de les faire virer à la moindre remarque « insécurisante » pour leur identité. Ils doivent prévenir à l’avance leurs élèves, de vrais clients, s’ils comptent aborder des œuvres pouvant comporter des contenus potentiellement « offensants » ou des « microvexations ». Comme Gatsby le Magnifique qui évoque le suicide et contient des scènes de violences sexuelles explicites. Les élèves redoutant que cette littérature ne réveille leurs démons peuvent demander à ne pas assister au cours. Ils se « retirent » alors dans des safe space, avec conseillers psychologiques, ou entre étudiants de la même identité, parfois entre croyants pour prier. De vrais chérubins, protégés de l’altérité et de l’esprit critique par la grâce de l’université !

Oubliez les débats contradictoires. Le moindre intervenant proposant une autre approche, jugée en soi offensante, est souvent agressé, voire désinvité. Ne parlons pas des programmes pouvant tomber sous le coup de l’« appropriation culturelle ». A l’université d’Ottawa, un cours de yoga gratuit a été retiré du programme à la demande d’étudiants handicapés… qui s’inquiétaient de s’approprier la pratique d’un pays « ayant subi le colonialisme occidental ». Ne riez pas. Ou si, plutôt, riez. Dans dix ans, vous ne pourrez plus.

Caroline Fourest 

Marianne

26/4/2019

 

*Gallimard. Lire l’article dans Marianne no 1151, du 5 avril 2019.

 

Notre-Dame et le brasier identitaire

Depuis l’incendie de Notre-Dame, le ciel de Paris est plus bas. Il n’y a plus de flèche pour piquer notre imaginaire, juste un vide piquant nos cœurs. Ils saigneraient à en faire déborder la Seine si les anges du feu n’avaient pas sauvé l’essentiel. Notre-Dame a tenu, grâce à tous ces bras, à ces lances, à ces regards tournés vers elle, et à ces larmes pleuvant sur elle. A l’intérieur, la croix est restée debout pour rassurer les croyants. A l’extérieur, ses cerisiers sont toujours en fleur pour ombrager les passants et couver les amants. Notre-Dame est toujours là. Notre-Dame est restée belle.

Et si, au lieu de vingt ans d’échafaudages auxquels elle était promise, nous rassemblons les fonds pour lui offrir la plus élégante des restaurations, si nous arrivons à imaginer un artifice pour couvrir ses plaies, si nous replantons tous les arbres qu’il faudra couper pour sculpter sa charpente, alors nous pourrons être fiers d’être redevenus des bâtisseurs d’éternel. Par la force d’une nation et d’un Etat laïque qui, comme le disait Hugo, ce grand amoureux de la séparation et de Notre-Dame, veille à se garder « chez lui et l’Eglise chez elle »… Sans jamais oublier que la beauté architecturale, ce patrimoine sacré, est notre maison à tous.

C’est au nom de cette séparation et de son intelligence que l’Etat laïque dépense chaque année plusieurs centaines de millions d’euros pour restaurer notre patrimoine, dont de très nombreuses cathédrales reconnues comme monuments historiques. Depuis 1905, l’Etat paye pour entretenir ces murs sans se mêler des âmes. Sans cet argent public, ces lieux tomberaient en ruine. Notre-Dame n’était pas si vaillante avant la séparation. Au moment d’écrire son roman, en 1831, Victor Hugo se lamentait devant ses « mutilations » et craignait pour elle. C’est pour réveiller les consciences qu’il a imaginé cet immense incendie dans son roman. Ses bâtisseurs lui ont donné la vie ; la littérature, cet amour profane, lui a offert l’éternité.

Qui sait si la cathédrale aurait tenu si elle n’avait pas été restaurée, pierre après pierre, depuis toutes ses années, qu’elle que soit l’étiquette ou la foi des élus. Cette permanence, à laquelle nous nous sommes habitués, n’allait pas de soi quand les églises représentaient seulement le christianisme. Aujourd’hui, le monde pleure quand une part d’elles, et donc de nous tous, s’envole en fumée. C’est la force de l’universel.

Une fois l’émotion passée, comme après les attentats, il y a toujours des voix pour tenter de briser cette communion. Des voix qui viennent des ennemis de l’universalisme. Au milieu du brasier ravageant la cathédrale, des nationalistes tentaient de nous faire croire qu’il s’agissait d’une malédiction contre l’Etat et son gouvernement. D’autres fanatiques, des trolls turcs, sont sûrs d’y voir une punition d’Allah, juste parce qu’une députée française a osé évoquer le génocide arménien lors d’une visite en Turquie ! Quelques « gilets jaunes » égarés penchent plutôt pour un complot de Macron pour détourner l’attention. Mais le plus pénible est venu d’une poignée de militants de l’Unef. Une certaine Hafsa, membre de son bureau, s’est lâchée sur Twitter : « Je m’en fiche de Notre-Dame de Paris car je m’en fiche de l’histoire de France », « Les gens ils vont pleurer des bouts de bois wal-lah vs aimez trop l’identité française alors qu’on s’en balek objectivement c’est votre délire de petits Blancs. »

Nos yeux pleuraient déjà en voyant les flammes. Ils brûlent en lisant ces tweets. Décidément, les membres de l’Unef méritent leur nouvelle réputation de talibans en culottes courtes. Quand il ne soutient pas le « hijab day » à Sciences-Po, le syndicat se bat pour faire interdire une pièce d’Eschyle à la Sorbonne parce que mettre des masques cuivrés pour raconter la tragédie des migrants – en l’occurrence des Danaïdes – serait un blackface ! Pire que les hébertistes qui brisaient les icônes pendant la Révolution, les iconoclastes d’aujourd’hui sont bigots quand il s’agit de religion et analphabètes quand il s’agit de culture. Exactement comme les identitaires racistes qu’ils dénoncent, mais à qui ils ressemblent comme des frères jumeaux sous un autre masque. A les lire, ce n’est pas seulement notre patrimoine et notre idéal universel qu’il faut protéger de leurs incendies, mais toute une culture politique qu’il faut rebâtir.

 

PAR CAROLINE FOUREST
19 avril 2019
Marianne

Abandonnés par Trump et Poutine, les Kurdes de Syrie se tournent vers Paris



Donald Trump les a lâchés pour rapatrier ses « boys » au plus vite. Poutine leur préfère le dictateur Syrien. La France comprend leur rêve d’un avenir à la fois démocratique et laïque.

Ce matin, c’est donc à Paris, capitale d’un pays qui a toujours été fidèle aux Kurdes, qu’une délégation du Rojava est venue chercher du soutien. Elle était notamment composée de Leila Mustafa (la maire de Raqqa, qui gère la ville avec un courage inouï), d’Asrin Abdallah (porte-parole des combattantes Kurdes du YPJ) et d’Abd El Mehbach, co-président de l’administration autonome du Nord de la Syrie.

Nous les avons rencontrés juste après leur rencontre avec le président français, à l’initiative de Patrice Franceschi et de Khaled Issa, qui représente le Rojava en France.  A les entendre, Emmanuel Macron a renouvelé sa volonté de les aider militairement et financièrement. C’est l’intérêt de la France si elle veut stabiliser et sécuriser ce pays, où sont désormais gardés 6000 jihadistes de 54 nationalités, dont de nombreux Français.

Si nous ne voulons pas les rapatrier, la seule solution passe par la reconnaissance de l’autonomie judiciaire du Rojava. C’est ce qu’à demandé son représentant : « Nous demandons le soutien pour la création d’un tribunal qui permettent de juger ces mercenaires conformément au droit international ».

Sans cette solution, le sort de la Syrie et de ses prisonniers se jouera entre les griffes d’Erdogan et de Bachar El Assad. Le premier les laissera filer. Le second nous rendra complice de crimes contre l’humanité. L’Amérique comme la Russie jouent avec ce feu, et avec notre sécurité à tous. Si elle existait au lieu d’imploser, l’Europe pourrait y résister et sauver l’honneur. En son cœur, la France doit continuer à soutenir la voie Kurde, la seule à montrer un peu de lumière.

Caroline Fourest

Essayiste et réalisatrice de Soeurs d’Armes*

*Une épopée, un film de guerre. Zara, Yézidie, échappe à son bourreau jihadiste, et rejoint une brigade de femmes venues se battre aux côtés des Kurdes.