Affaire Ramadan : je porte plainte pour dénonciation calomnieuse

Crier au complot pour détourner l’attention des faits terribles qui lui sont reprochés ne pourra pas sauver Tariq Ramadan dans cette affaire.

Les éléments de l’enquête ayant fuité prouvent d’ailleurs et démontrent qu’il n’y a eu aucun contact entre les plaignantes six mois avant son déclenchement,  le 20 octobre 2017, suite à la plainte courageuse de Henda Ayari.

J’ai moi même pris connaissance de cette plainte dans la presse. Comme en témoigne notre premier échange via une messagerie twitter à cette date.

C’est également à partir de l’annonce de sa plainte dans la presse que j’ai repris contact avec « Chrystelle », avec qui je n’échangeais plus depuis des années. Pour mettre au point l’interview que j’ai publiée dans Marianne et pour se soutenir. Parce que nous savons ce que peut coûter de dire la vérité sur Tariq Ramadan.

img_0218ok.jpg

Non seulement, je n’ai pas à cacher cette solidarité mais j’en suis fière. Comme je suis fière du courage des femmes qui osent enfin parler.

Dernier point faussement troublant, mais qui va terriblement décevoir les obsédés du complot, Fiammetta Venner, ma compagne, n’apparaît dans l’enquête que parce que ma ligne téléphonique est à son nom… Voilà pour le complot !

En revanche, lassée de lire n’importe quoi et d’endurer les calomnies de Monsieur Ramadan chaque fois qu’il est en difficulté et doit rendre compte de ses actes, j’ai chargé mon avocat, maître Patrick Klugman, de porter plainte pour dénonciation calomnieuse.

Etant actuellement à l’étranger, loin de Paris et de cette affaire, je lui laisse le soin de répondre aux questions éventuelles.

Caroline Fourest