Adieu l’Espagne, adieu l’Irak ?

C’est un mouvement de mode presque inéluctable. Les Etats-nations mal cousus se défont. Fatigués de côtoyer la Terre entière, les peuples rêvent de se retrouver entre eux. Les fils technologiques qui nous relient chaque jour aux quatre coins de la planète épuisent notre goût pour l’hétérogène. Quand le fil entre les gouvernés et les gouvernants est trop long, ou trop fragile par manque de confiance, il rompt. C’est bien ce qui se passe partout où l’Etat-nation n’a pas réussi à vaincre les différences et les méfiances. L’heure est aux indépendances régionales.

La France jacobine qui a tant œuvré, parfois brutalement, pour fusionner ses régions tiendra peut-être plus longtemps. Partout ailleurs, les Etats-nations craquent sous le poids des rancœurs. Quand elles en ont les moyens, les communautés prennent leur autonomie, souvent pour de bonnes raisons.

Lire la suite 

Pour lire l’article en espagnol.

 

 

Ils changent le monde : Alain Zivie (France Inter)

 

Notre Égyptologue du jour, Alain Zivie, se situe quelque part entre Indiana Jones et Monuments Men.  Chercheur émérite au CNRS, ancien vice-président de la Société française d’égyptologie et directeur de la Mission Archéologique Française à Saqqara. Un magnifique site au Sud du Caire.

Avec ses équipes, il a fouillé les tombes des plus hauts dignitaires des grands pharaons : Aménophis ou Amenhotep III, Aménophis, Akhenaton, Maïa la mère nourricière de Toutankhamon… Mais pour lui la fouille archéologique est destinée à enrichir le patrimoine de l’humanité et non à le piller. Ce qui arrive en temps de conflits. Du Musée du Badgad au Musée du Caire en passant par les Mausolées de Tombouctou et les trésors de Syrie, des pans entiers de notre mémoire culturelle sont actuellement en danger. En juin dernier l’UNESCO organisait un colloque d’archéologues pour tirer la sonnette d’alarme et organiser la Résistance. Alain Zivie en était. Il est venu nous alerte. Avant qu’il ne soit trop tard et que notre humanité se réveille sans beautés communes à contempler.

 

Pour écouter l’émission sur le site de France Inter

Pour s’abonner au podcast

Ils changent le monde 2012