7 réflexions sur “Caroline Fourest sur France Inter : « Le blasphème est un acte d’égalité »

  1. Je n’étais pas un de vos fans, même si j’appuyais certains de vos combats, j’avoue même que vous m’agaciez parfois, souvent, sans chercher plus loin, épidermiquement. Mais votre livre Eloge du blasphème et votre prestation à On n’est pas couché du 2 mai m’ont positivement stupéfié. Dans la forme et le fond. Vous êtes une sacrée guerrière. Et même si certaines formes de vos combats me laissent parfois encore dubitatif – faute sans doute de ma superficialité, je partage vos analyses et vos convictions et j’admire votre détermination et votre engagement. Je vais vous suivre avec grande attention. Des personnes comme vous sont rares et sont précieuses. Je tenais simplement à vous le dire. Parce qu’il est nécessaire que vous sachiez que votre action et votre réflexion sont salutaires. Merci et tenez bon !

    • J’ai regardé On n’est pas couché hier soir et j’ai été accablée par la manière dont votre interview s’est déroulée. Vous aviez des choses fortes à faire passer, un message qui devait être pédagogique, et malheureusement on ne vous a pas laissé parler, pire les questions que l’on vous a posées démontraient une réelle incompréhension. Face à une psycho-rigidité maladive, j’aurais aimé que l’on vous soutienne et que l’on ne vous laisse pas seule vous débattre face à des propos inacceptables même si vous vous en êtes sortie très bien toute seule. Je crois que je vais boycotter un certain nombre de pièces de théâtre, films et concerts à l’avenir….
      Vous avez essayé d’expliquer une vérité qui vous semblez, tout comme à moi et à beaucoup d’autres téléspectateurs j’en suis sûre, universelle, mais malheureusement le cour de l’émission en a décidé autrement. Il ne faut pas cesser d’expliquer jusqu’à l’épuisement que la liberté d’expression concerne tous les domaines de la vie, que la question n’est pas de lister les thèmes qu’on aurait le droit de critiquer ou pas mais bien la manière, le contexte, l’enjeu, la raison pour laquelle on le fait. Il est triste que des journalistes cultivés ne comprennent pas la différence entre des propos insultants condamnables, mais pas de la peine de mort et des caricatures qui sont tout sauf racistes ou insultantes si ce n’est pour les terroristes et extrémistes eux-mêmes ! Comment peut-on vous reprocher de vous battre contre des moulins et plus grave d’essayer d’imposer vos idées comme si le combat pour la liberté, la république, la démocratie, la laïcité n’était qu’une opinion personnelle propre à Caroline Fourest uniquement ! Comme vous, je ferai tout, à mon petit niveau, pour défendre ces valeurs aussi souvent que j’en aurai l’occasion et auprès du plus grand nombre.

    • Je me pose la même question. Enfant, je m’amusais à blasphémer sans comprendre, juste pour taquiner mon père, catholique pratiquant. Adulte, je ne vois pas en quoi blesser autrui en raison de ses croyances, peut être un droit. Essayer de l’éclairer, pourquoi pas ? mais en quoi la blessure, l’injure éclairent-t-elles ?

  2. Madame,
    Je tiens à dire que je ne suis pas toujours d’accord avec vous mais je trouve que vos analyses sont toujours intéressantes et dignes d’intérêts. Vous êtes une femme intelligente et, pour avoir regardé l’émission, je trouve que Monsieur Caron ne vous a, à aucun moment, écouté. Il était dans son délire (comme d’habitude). Je tiens à souligner que Monsieur Ruquier a été très bien. Si seulement il avait pu le faire taire plus souvent… Rien que pour cela je vais acheter votre livre!

  3. Je n’ai pas lu le livre sur le blasphème, mais des extraits et le livre me semble très intéressant et extrêment utile et nécessaire dans ce siècle d’intégrisme religieux à outrance. De toute façon le livre dénonce l’injustice de condamner les citoyens parce qu’ils critiquent une religion, des dieux imaginaires ou des gourous que ce soit Mahomet ou le mythique Jésus. La C.E.D.H assure la liberté de religion, mais aussi la liberté d’opinion et d’expression. Commet pourrai-t-on prétendre que l’idéologie religieuse soit au-dessus de toute critique, que l’Eglise puisse publiquement mépriser les athées (le pape Benoît XVI lors de sa visite en Angleterre les comparaissait aux nazis, mais que nous n’avons aucun droit de critique? De nombreux pays en Europe punissent encore le blasphème et des poursuites dont en cours en Allemagne, en Grèce, etc. Des parlements à majorité chrétienne maintiennent l’interdiction de critiquer les religions, ils interdisent au non-croyant de penser. Cela s’appelle de la dictature. Que penseraient les croyants si demain une majorité d’athées pourrait prendre le pouvoir et punir l’athéophobie (la critique de l’athéisme, et laisser en même temps critiquer librement les religions, ce qui serait autorisé? Les croyants crieraient que c’est de la dictature, contraire à la liberté religieuse. Pourtant ce serait faire avec les croyants ce qu’eux font avec les non-croyants. En Irlande c’est 25.ooo€ pour avoir blasphémé. Que pense le gouvernement irlandais intégriste si demain les athées pouvaient prendre le pouvoir et imposer 25.000€ d’amende pour critique de l’athéisme? En Finlande, l’article 1er du code pénal punit de réclusion quiconque « aura publiquement blasphémé Dieu. Que pensent les chrétiens de l’inverse : réclusion pour ceux qui critiquent l’athéisme? Seuls les croyants peuvent blasphémer contre leur religion ou leur Dieu, l’athée n’est pas obligé d’accepter ce que les croyants considèrent comme sacré. Le Coran dit que la Trinité, c’est du polythéisme, c’est un blasphème, tout comme prétendre que Jésus est le fils de Dieu. Le Coran dit que c’est blasphémer, et appeler Dieu « le Père qui est dans les cieux » est blasphématoire parce que Dieu n’a pas de fils. Les livres saints blasphèment les uns contre les autres, ce qui prouve combien punir le blasphème est ridicule. Même le mythique Jésus fut soi-disant condamné pour blasphème. Un Dieu qui blasphème? Punir pour avoir blasphémé Dieu est scandaleux, parce que l’élément essentiel du délit n’existe pas à savoir la preuve que Dieu existe et même le Pape ne peut pas apporter la preuve. En tout état de cause le blasphémateur devrait être acquitté par le juge selon la maxime « in dubio pro reo ». Le procureur devrait prouver que Dieu existe parce que sans Dieu il n’y a pas de blasphème de Dieu, et aucun procureur ne peut apporter cette preuve, ce qui lui incombe pourtant pour obtenir une condamnation. Les codes pénaux mettent Dieu dans le texte au singulier, on affirme ainsi l’existence d’un Dieu et qu’il n’y en a pas d’autres, c’est aberrant. Les pays qui punissent le blasphème en Europe sont dirigés par des chrétiens qui impose la dictature et ces pays violent la C.E.D.H qui assurela liberté de pensée, la liberté d’expression et d’opinion. Ce droit est refusé à ceux qui croient autrement. Or ceux qui exigent la liberté de religion refusent aux autres le droit de penser librement. La Cour européenne devrait donc déclarer qu’une législation anti-blasphème est contraire à la CDH, or la Cour dit exactement le contraire et admettent que les pays légifèrent contre le blasphème. 57 pays musulmans demandent à l’UNO que le blasphème soit érigé en délit dans le monde entier, ces pays veulent que plus personne au monde ne puisse encore penser librement sans être menacé de prison ou d’être décapité comme en Arabie Saoudite.

  4. Madame , apres toutes les eloges vous concernant que je viens de lire , il m est diffficile d en ajouter davantage, si ce n est que je vous apporte mon entier soutien dans votre action et la clarte de vos analyses.j ai ete journaliste d investigation aux Etats Unis durant de longues annees et cela m a parfois coute tres cher, mais je ne regrette rien.Malheureusement je suis ce jour trop age pour apporter une contribution tres active a votre action.je reste cependant a vos cotes .
    Croyez madame en ma bien parfaite consideration

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s