« INNA » : un livre sur l’engagement

Inna-ok

Plus qu’un portrait d’Inna Shevchenko, la leader des Femen, c’est le roman d’une époque. Les coulisses d’une révolution 2.0. De Kiev à Tunis en passant par Paris, la révolution Orange au printemps arabe en passant par CIVITAS et La Manif pour tous, tout le monde y est… Et sera ému ou fâché.

A vingt-trois ans, Inna Shevchenko est célèbre. Qui ne connaît ses yeux verts, ses cheveux blonds couronnés de fleurs, ses seins nus, peints de slogans noirs dénonçant les religions, les dictatures et la prostitution ? Pourtant, l’icône politique reste une énigme. Qui est vraiment cette élève brillante, éduquée par un père colonel dans l’Ukraine post-soviétique ? Comment a-t-elle découvert l’engagement politique au lycée, au moment de la Révolution orange, avant de se jeter à corps perdu dans le mouvement Femen ? Qui est cette femme battue et arrêtée cent fois, torturée en Biélorussie, fuyant son pays après avoir tronçonné une croix en soutien aux Pussy Riots ?

Caroline Fourest a accompagné Inna dès le premier jour de son exil à Paris. Elle s’est engagée avec elle, parfois contre elle… Lors des combats de rue face à Civitas, pour sauver Amina en Tunisie. Paris serait-elle redevenue la capitale de la révolution ? Bien plus que le portrait d’une héroïne fascinante, ce livre raconte l’odyssée d’une frondeuse tourmentée, tentée par le nihilisme, qui exige en tout la liberté mais s’impose une vie de soldate. Dans ce récit haletant, tout est vrai : la solitude, la force d’âme, le goût un peu âcre de la vérité.

Pour commander le livre

21 réflexions sur “« INNA » : un livre sur l’engagement

    • pourquoi laisser publier des commentaires comme le premier de « tamerlaputefourest » et pas les miens? Je sais bien sur que le premier vous arrange (tout ceux qui ne pense pas comme moi sont des extrémistes débiles, la preuve en est leurs commentaires violents et débiles sur mon blog…). Résultat: sur votre blog on a soit des commentaires de ce type, soit des commentaires gnan-gnan « vas-y Caroline t’es trop chouette ». Allez, un peu d’honnêteté SVP.

  1. Peut être suis-je rétrograde ? Mais je n’arrive pas à me solidariser au moins intellectuellement avec le mouvement FEMEN. Beaucoup parlent de provocation. Je ne sais pas comment qualifier le choix de la nudité pour faire entendre ses revendications.
    Je pense à Louise Michel, Flora Tristan, Rosa Luxembourg, Simone de Beauvoir, Benoite Groult, Antoinette Fouque et toutes autres femmes qui à leur époque se sont engagées dans le combat pour la défense des droits, égalités et libertés.
    Qu’airaient-elles gagné de plus à se dépoitrailler ? Que penseraient-elles de cette nouvelle forme de slogan, de manifestation ? On ne le saura jamais. Dommage, cela nous aurait instruits.
    Ce n’est pas chez moi pudibonderie. Surement pudeur ! J’apprécie beaucoup les « nus », hommes ou femmes, dont je collectionne les reproductions. Par contre quand est arrivée la mode des seins nus sur les plages j’ai trouvé cela désolant pour le sens de la découverte d’un corps dans l’intimité. Quand on dévoile tout ou presque en public, que reste-t-il à révéler qui soit pour le plaisir, l’émotion de celle ou celui qui va en secret partir à la recherche de la sensualité, de la beauté, de la jouissance qui se renouvelle souvent dans l’acte de se déshabiller ?
    Utiliser ses seins comme vitrine, slogan, écriteau c’est réduire cet partie du corps à une marchandise. et dire qu’on a de cesse de parler du corps de la femme comme objet d’exploitation dans les publicité !
    Il n’y a personne pour souffler à ces jeunes femmes, à qui par ailleurs, je ne dénie pas le droit de protester, que le moyen utilisé est contreproductif, voire dangereux, pouvant se retourner contre elles-mêmes.
    Serais- je la seule réac de mon âge ou plus jeune à penser ainsi ?
    Madame Fourest, j’apprécie vos interventions dans les médias mais là, pour une fois, je prends mes distances avec votre soutien.
    Cela me fâche d’autant plus que je n’ai de cesse de me tenir informée de ce qui se passe « de l’Ukraine à la Tunisie » en passant par l’Inde, le Bengladesh, le Pakistan, l’Egypte etc. quant au sort des femmes avec la montée des appels à la Charia pour base des Lois.

    • Je comprends votre questionnement.

      Moi qui suit plutôt féministe au départ (je suis un homme), je ne prêtais pas plus que ça attention au mouvement des FEMEN, mais depuis les dernières actualités je ne comprends pas non plus leur mouvement, d’autant qu’il est importé d’Ukraine, c’est quoi le lien culturel ? Si elles ont des revendications propres à leur pays, pourquoi ne pas le faire là-bas ?

      Ce mouvement est d’une intolérance inouïe. Je ne suis pas catholique mais j’aime les architectures religieuses quelles qu’elles soient et par respect simplement de l’autre et de ses convictions, je ne comprends pas que l’on puisse faire un happening de ce genre dans une église…

      De plus légalement il y a attentat à la pudeur.

      On a juste l’impression que ce groupe cherche à… non même en cherchant je ne vois pas, à part peut-être troubler l’ordre public pour ensuite pouvoir accuser les autres d’intolérance ? Ou légitimer une bien-pensance de gauche qui souhaite faire passer des lois qui ne font pas l’unanimité dans la population ?

      D’ailleurs les féministes « classiques » ne se retrouvent pas forcément dans ce mouvement (je n’ai plus le nom d’une féministe interviewée à ce sujet).

    • @Coy,
      « …Je pense à Louise Michel, Flora Tristan, Rosa Luxembourg, Simone de Beauvoir, Benoite Groult, Antoinette Fouque et toutes autres femmes qui à leur époque se sont engagées dans le combat pour la défense des droits, égalités et libertés.
      Qu’airaient-elles gagné de plus à se dépoitrailler ?… »
      Et si, tout simplement, à leur époque oser être et dire à leur façon était déjà tellement fort ?
      Il me semble fâcheux que vous restiez fâchée !
      Et « c’est vous qui voyez » !

  2. Je ne sais pas si c’est voulu mais je préfère quand même le dire au cas où : votre mur Facebook perso est public depuis le 25 décembre.

  3. Bonjour Caroline Fourest,

    Je ne suis pas de France et depuis quelques jours je m’intéresse à vos différents combats et prises de position. Je les trouve honorables (comme tout combat idéologique visant un mieux-être d vie sociale).
    Je déplore la réaction des quelques activistes de l’ULB qui ont empêché votre intervention. J’admire votre ténacité, face à Tarik Ramadan, contre lequel il est difficile de régir car probablement très manipulateur.
    Une anecdote,; j’ai été à une de ces conférences, et je me suis trouvé dans une salle ou effectivement mon opinion ne rencontrait pas la sienne. Un débat contradictoire sur l’Islam et le Christianisme.
    Il a relevé une différence fondamentale à ses yeux; Jesus est le Fils de Dieu pour les chrétiens. Mon intervention fut la suivante;

    Ce n’est nullement une différence pour moi, Jesus est issu du souffle Divin dans les 2 religions. Avec les années qui ont précédés les écrits des évangiles, du souffle on en est naturellement arrivé au Fils de Dieu. Ce qui n’est pas une contre vérité. Comment appeler l’union d’une femme et d’un « souffle »?? Dire que Jésus est fils de Dieu est tout à fait justifiable pour un chrétien; y voir une différence avec le souffle Divin ( écrit dans le Coran) est simplement une erreur de jugement.

    Il ne m’a pas répondu. Effectivement il a un double discours; un plus radical que l’autre.

    Je veux simplement vous dire que ce battre contre les différents intégrisme comme vous le faites est juste.

    Je dois juste encore me présenter;

    Sridi Abdeltiv; professeur en langues germaniques, musulman de confession, ayant eu une scolarité chez les jésuites et ayant fait une thèse sur ce qui relie les 3 religions monothéistes.

    Bien à vous et aller au bout de ses convictions est un honneur.

    Bon combat .

    Abdel

  4. A ce jour, je me suis principalement documentée auprès d’auteurs anglais. Enfin je vous découvre !

    Par rapport à un autre sujet qui me tient également à coeur, avez-vous écrit sur le mouvement des évangéliques ?

    • Le plus complet sur la question :
      Foi contre choix, La droite religieuse et le mouvement prolife aux États-Unis, Éd. Golias, 2001.

      Nous en parlons aussi avec Fiammetta Venner ici :
      Tirs croisés, La laïcité à l’épreuve des intégrismes juif, chrétien et musulman (avec F. Venner), Calmann – Lévy, 2003

      Et un peu dans ce film :
      https://carolinefourest.wordpress.com/2011/04/15/des-petits-soldats-contre-lavortement/

      Il y a eu plusieurs articles dans Charlie Hebdo, mais non numérisés pour le moment.

  5. Un livre que je m’empresserai de lire dès sa parution.
    Caroline mène un combat d’information sur le féminisme qui me motive pour la suivre sur tous ses chemins de lutte.

  6. Bonjour Madame Fourest,
    Juste vous dire, sans flatterie, que nous avons besoin de personnes comme vous, courageuses, professionnelles et engagées. Merci d’alerter et de réveiller les consciences sur le problème de l’extrémisme. Vous êtes une personne estimable. Je vous souhaite longue vie et réussite.

  7. Bonjour,
    Je vous ai longtemps écouté à travers une blessure personnelle reçue à l’occasion d’un épisode de la « chasse aux sectes » quand elle se trompe de cible, et doit encore faire effort pour ne pas zapper quand je vois votre nom côtoyer le sigle des ADFI.
    J’ai beaucoup aimé profiter ce matin de l’espace-temps de mon café pour goûter ce que vous avez bien voulu dévoiler de votre intime et particulièrement reçu la puissance du bleu profond de votre coin de Paix !
    Et je vais mobiliser ma capacité d’Utopie au service du Respect de la Loi pour que vous puissiez bientôt ne plus être obligée de « faire la tortue » quand vous prendrez activement position pour que Laïcité de re-devienne pas un vain mot en France !
    Je vais lire « INNA » avec intérêt Merci !

  8. Bonjour,

    J’ai conscience qu’actuellement, avec la sortie de votre nouveau livre, votre vie risque d’être à nouveau tendue quelques temps (notamment vu le tweet précédemment cité) mais j’aimerais savoir si des séances de dédicaces étaient prévues ?

  9. « … tout le monde y est… Et sera ému ou fâché. » C’est bien que gardiez votre liberté d’esprit tout en sachant que vous risquez d’en fâcher plus d’un, plus d’une.

    J’ai été surpris par l’attitude hostile de certaines féministes vis à vis des Femen. Ainsi ai-je lu :
    « Montrer ses seins, si l’objectif est d’être vue, photographiée et filmée, c’est un bon moyen… mais pas pour se faire entendre ! (…) Si c’est pour défendre l’égalité femmes-hommes, c’est un non-sens, une régression : cela alimente le culte de la femme objet. »

    J’ai voulu commenter cette opinion :
    En êtes vous si sûre? Sans doute Femen ukrainiennes n’ont pas été préparées au succès qu’elles ont eu et il se peut qu’elles disent des bêtises. Mais en quoi seraient-elles des « femmes-objets »? En écrivant leurs exigences sur leur corps, elles me semblent vouloir dire « nous manifestons en tant que femmes en chair et en os, pas comme des militantes abstraites de la cause des femmes ». (Au bout de trois semaines, ce bref texte n’a toujours pas franchi la barrière de la « modération » de la rédaction. Quel mot pudique pour la censure…) A propos: il semble qu’à l’origine, Femen ont écrit leurs slogans sur leur dos… et se sont retournées quand des journalistes les ont provoquées.

  10. Extrait suivant de me semble répondre à jhice et à coy (extrait du site http://www.elle.fr/Societe/Interviews/Debat-faut-il-montrer-ses-seins-pour-se-faire-entendre-2575895)

    « Ai-je bien lu : « Les Femen, c’est le diktat de la pensée unique (…) Ça a de la gueule quand des femmes arabes se mettent seins nus : c’est un pied de nez aux islamistes qui ne les respectent pas. Mais dans le cas de l’affaire Amina, ces Ukrainiennes en Tunisie, c’était pour moi l’image du colonialisme. C’était « on va venir vous éduquer », une négation des règles du droit international, ainsi qu’une ingérence dans la diplomatie. »

    Ainsi, la solidarité internationale serait-elle condamnée à n’être que du colonialisme ? Intervenir dans un autre Etat que celui dont on a le passeport serait-il nécessairement «  une négation des règles du droit international » ? En quoi ces jeunes femmes ukrainiennes, spontanées, peut-être naïves et malhabiles, agissant dans le cadre d’une manifestation de rue auraient-elle commis «  une ingérence dans la diplomatie » ?

    En lisant ces trois affirmations, plus d’un militant de cause humanitaire, sans parler des « internationalistes » politiques, doit se sentir mal à l’aise.

    Par ailleurs, j’avoue de pas comprendre pourquoi les seins ukrainiens ne peuvent pas « porter un message crédible et politique » , mais les seins tunisiens le peuvent. Je lis, je relis, mais je reste perplexe. Lydia Guirous, présidente de « Future, au féminin » écrit des choses sensées : pourquoi cette fois, elle se laisse-t-elle aller à la colère qui est une mauvaise conseillère ? Qu’est-ce qui l’a suscité, cette colère ? »

  11. Première lecture pour moi d’un ouvrage de Caroline Fourest, que je découvre quasiment (même si son nom ne m’était pas inconnu, notamment via France Inter). Un livre très agréable à lire, qui se lit effectivement, comme j’ai pu l’entendre, comme un roman. Ce qui ne signifie en rien que le propos soit léger ou futile. Le parcours d’Inna est une composante fondamentale je pense pour aider à comprendre son action (et celle des FEMEN). J’ai particulièrement apprécié les doutes et les divergences d’opinion de Caroline par rapport à certaines actions et aux orientations prises par le mouvement. C’est une belle illustration que soutenir une idée et partager des combats ne conduit pas forcément à l’aveuglement et au renoncement à certaines valeurs, renoncement qui fait sensiblement glisser vers le fanatisme.
    Merci Caroline. Je vais me pencher avec intérêt sur votre bibliographie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s