Ni bananes ni quenelles

Capture d’écran 2013-12-05 à 09.51.40

Une anti-« mariage pour tous » fait une « quenelle » dans le car de police, après être venue huer Christiane Taubira lors de la soirée contre le racisme au Théâtre du Rond-Point.

Voilà des semaines qu’on nous dit qu’il ne servirait à rien de marcher ou de parler contre les préjugés. Que ce ne sont que des mots. Mais les préjugés sont faits de mots. Et ce sont des mots qui les défont.

Égalité, fraternité, laïcité. Voilà des mots qui arment contre les préjugés.

Par exemple contre le mot « islamisation ». Comme si l’immigration était forcément une invasion, musulmane, et donc intégriste. Même ces réfugiés afghans qui fuient les Talibans? Ces Iraniens qui fuient les Mollahs ? Ces Algériens qui ont fui le FIS ? Et ces Français de culture musulmane qui servent dans l’armée, abattus de sang-froid par un certain Mérah ?

C’est en choisissant ses mots qu’on ne se trompe pas de combat.

Il y a des mots qui désarment. Comme le mot « islamophobie », qui amalgame la critique de la religion ou même de l’intégrisme avec du racisme. Il finit par mettre l’antiracisme au service des intégristes. Mais plaît beaucoup aux amateurs de chiffres. Aux adeptes des statistiques ethniques ou du « deux poids, deux mesures ». À ceux qui préfèrent distribuer des Awards en forme de banane aux laïques qu’aux lanceurs de banane de la Manif pour tous. Ils sont choqués, je l’espère, quand une enfant traite notre garde des Sceaux de Guenon. Mais certains, parmi eux, peuvent fredonner quand un rappeur met à l’index et en danger les dessinateurs de Charlie Hebdo en les traitant de « Chiens ».

Je ne parle même pas de ceux qui rient quand Dieudonné préfère comparer Christiane Taubira à une Bonobo, au vu -je cite- des pratiques sexuelles qu’elle a défendu lors du mariage pour tous… A croire que le racisme est encore plus drôle lorsqu’il est aussi homophobe.

Quand on a fini de rire à ces bonnes blagues, ce ne sont plus des bananes qui volent mais des quenelles. A tour de bras. Un drôle de tic pour antisémites honteux en semi-érection.

Une pratique sexuelle à risque pour le coup. A force, le cerveau n’est plus irrigué. Il est mûr pour croire aux complots du bon docteur Soral. Un drôle d’universaliste… qui déteste le genre humain dans son ensemble. Aussi bien les femmes que les homosexuels, ceux qu’ils appellent les « beuricots » que les Juifs. Même si, soyons justes, il préfère détester les Juifs… Une obsession qui a fait ses preuves pour faire basculer de l’extrême gauche vers l’extrême droite, de la quenelle à la banane.

Les tenants de la quenelle comme de la banane invoquent la liberté, qu’ils confondent avec le délit d’incitation à la haine. Il faut combattre tous ces racistes, avec discernement mais sans exception. La Peste sous soutes ses formes. Qu’elle soit brune ou blonde, c’est toujours la Peste.

Caroline Fourest

Discours prononcé le 2 décembre au Théâtre du Rond-Point.

 

9 réflexions sur “Ni bananes ni quenelles

  1. Est-ce qu’il y a encore des gens pour ne pas voir que ces quenelles ne sont que des salut nazis ?

  2. J’ai beaucoup de sympathie pour vous, mais je n’aime pas que vous faites des allusions à des maladies quand vous parlez de nos adversaires politiques.

  3. Quand on voit la violence des partisans de Dieudonné, on comprend quelle est leur reference.

  4. D’accord avec votre analyse mise à part concernant l’utilisation du mot « islamophobie ». Je pense vraiment que l’utilisation du mot est insuffisante pour en déduire l’intégrisme islamiste et la volonté d’interdire toute critique de l’islam. Non pas qu’il n’y ait aucun rapport mais c’est à déterminer dans le détail. Les mots évoluent, les branches poussent et peuvent prendre de la hauteur par rapport aux racines, etc. Ce qui compte c’est de comprendre qui veut dire quoi à un moment donné. Concernant Alain Soral, je me permet si cela ne vous dérange pas, de mettre en lien la première partie d’une analyse qui se veut déconstructrice de son discours sur l’égalité entre hommes et femmes :
    http://lokidor.over-blog.com/de-l-%C3%A9galit%C3%A9-entre-hommes-et-femmes-selon-alain-soral.html

  5. Madame Fourest vous devriez vraiment porter plainte contre les gens qui vous menacent. Nous avons besoin de vous

  6. Je ne sais pas s’il faut les interdire mais en tous cas porter plainte pour racisme et incitation à la haine

  7. Je propose de remplacer systématiquement, dans la problématique du comique qui s’égare, le substantif « quenelle » par celui de « quenouille », et ceci pour plusieurs » raisons » :
    1° le propos est stupide, ou pervers, donc il faut le débusquer.
    2° une quenelle (de brochet) c’est pas mauvais et il ne faudrait pas la discréditer.
    3° partir en quenouille c’est le lot de la « plaisanterie » du triste Dieu qu’est pas donné, quoique.

  8. A propos de la photo illustrant votre propos, il faut tout de même voir que, pour la plupart des militants « manif pour tous » qui font des quenelles, ce geste n’a rien à voir avec Dieudonné. D’ailleurs, beaucoup d’entre eux ne le connaissent pas ou ne l’aiment pas. Mais la quenelle est exécutée comme un geste de rejet du système. On le fait parce que c’est interdit, c’est tout. A mon sens, cela traduit le manque d’inventivité de ce mouvement (qui se retrouve au niveau des slogans, des musiques, etc.). Ils devraient inventer leur propre signe de ralliement. Selon moi, leur geste le plus noble quand ils se font arrêter, c’est le signe de croix. Mais peu l’osent parce qu’ils considèrent comme contreproductif de s’affirmer ouvertement catholiques. Résultat, ils passent pour des hypocrites. Il y a là un vrai problème d’homogénéité stratégique qui, sur le long terme, leur portera préjudice (ils devraient se douter que Dieu ne soutiendra pas des gens qui le renient). Quand on leur fait remarquer que ce qui manque à ce mouvement c’est de l’intelligence, ils nous accusent de vouloir briser l’élan des bonnes volontés (les jeunes s’impliquent, c’est bien, etc). Je dis cela de la « manif pour tous » (j’ai participé à celle de janvier) mais j’ai parlé récemment avec un prêtre proche de civitas qui, à mon étonnement, n’était pas plus satisfait des initiatives de ce mouvement (comme moi, il déplorait la nullité des slogans notamment).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s