Quelles conclusions après le Procès « Marine Le Pen » ?

Par Caroline Fourest et Fiammetta Venner

Dans cette affaire, le FN a beaucoup communiqué… avant le procès. En promettant de nous faire condamner lourdement. En faisant même pression — sous prétexte du procès en cours — pour que Caroline Fourest ne soit plus invitée face à des membres du FN sur des plateaux de télévision. Preuve que Marine Le Pen n’est pas son père, certains animateurs ont d’ailleurs cédé à ces pressions pendant la campagne.

Pour se donner les moyens de ses ambitions, le FN a fait feu de tout bois. Il est vrai que leurs avocats — également élus locaux — sont payés grâce au financement public du parti… donc par nos impôts. Ils peuvent se permettre d’attaquer à tout bout de champ : des dizaines de procès en cours contre des journalistes et des adversaires politiques.

Il faut être solide et entouré, c’est notre cas, pour ne pas se lasser face à l’intimidation procédurière permanente de ce parti, qui attaque presque systématiquement nos chroniques et nos écrits. Dont ce livre.

Sur les 125 000 euros réclamés par Marine Le Pen, le FN, Jean-Marie Le Pen, Louis Aliot et Franck Chauffroy, la Cour nous condamne à 800 euros par auteur. L’une avec sursis, l’autre pas… pourquoi ? Nous ne le savons pas.

En tout, solidairement avec notre éditeur, nous devrons payer 8000 euros. Du point de vue juridique, la montagne a accouché d’une souris.

Sur les 14 points poursuivis, nous en avons perdu sur 4 passages. Le Front national ne communique pas sur ces points. Et pour cause… Ils révéleraient combien la condamnation repose sur des formulations absolument mineures et anecdotiques.

Voici donc le détail. De ce que nous avons donc gagné le droit de dire et perdu le droit d’écrire…

 • Peut-on dire que le FN se transmet de père en fille ?

Le passage poursuivi était: « il n’existe qu’un seul parti politique français pouvant se vanter d’avoir transmis le poste de président sur un mode aussi monarchiste : le Front national. »

GAGNE

Oui. Nous pouvons continuer à dire que le FN est le seul parti à avoir transmis le poste de président sur un mode aussi monarchiste.

 

• Peut-on dire que Jean-Marie Le Pen fraude le fisc ?

Premier passage : «Le plus troublant reste les détails fournis par sa première femme… Du temps où elle était mariée à Le Pen, Pierrette dit avoir régulièrement téléphoné en Suisse pour commander ses « petits nègres ». Chaque « petit nègre » voulant dire 10 000 francs. Un exécutant confirmera ses dires quelques années plus tard, dans L’Événement du Jeudi. L’hebdomadaire publie même un relevé prouvant l’existence d’un compte suisse au nom de Jean-Marie Le Pen ».

Second passage : « C’est une contre-attaque politique. Car Pierrette Le Pen parle beaucoup, et livre des secrets qui nuisent terriblement à l’image du leader du Front national. Notamment concernant l’héritage Lambert resté en suisse. Elle livre tous les détails sur la part de « fortune non déclarée » dans une interview parue le 12 décembre 1987 dans Genève Home Information, un gratuit suisse. Une version qu’elle confirme dans un autre entretien, accordé un an plus tard à Rolling Stone : « Quand on a hérité, il y avait de l’argent en France, des biens immobiliers et l’hôtel particulier de Saint-Cloud. En Suisse, il y a avait une fondation. La fondation Saint-Julien dont Messieurs Brocard père et fils, de Fribourg, étaient gestionnaires. Jean-Marie a demandé que cette fondation soit réalisée, en liquide, et l’argent a été déposé à l’UBS (Union des banques suisses) et nous avons mis de l’argent à la banque Darier. Nous l’avons transporté nous-mêmes. Trois milliards [en anciens francs, NDA], je n’en n’avais jamais vu autant. […] À ce moment-là, j’avais la signature du compte. Évidemment, Jean-Marie n’a rien déclaré au fisc. » Ce qui ne manque pas de sel puisque Jean-Marie Le Pen a toujours dit avoir été « dépouillé par le fisc »… Lui-même nie posséder des avoirs en Suisse. »

GAGNE

Oui, selon le Tribunal, il est légitime de rappeler — éléments à l’appui — que Jean-Marie Le Pen a fraudé le fisc. Et qu’il avait un compte en Suisse. Y compris en s’appuyant sur les déclarations de son ancienne femme.

• Peut-on dire que les filles de Jean-Marie le Pen ont été élevées dans le racisme et l’antisémitisme ?

Le passage : « Le Jean-Marie Le Pen privé qu’elle dévoile se révèle être pire qu’en public : « Pour lui, les Arabes, c’est des “crouilles”, des “melons”, des “bicots” : “T’as vu la gueule qu’il a ? C’est pas un Breton !” Mais il y a quelque chose qu’il faut que vous compreniez bien. C’est qu’il ne faut surtout pas prendre Le Pen pour un imbécile : il a toujours des boucliers, trois ou quatre amis arabes, pour que, justement, on ne puisse pas le taxer de racisme. » À l’entendre, c’est aussi vrai pour les Juifs : « J’ai toujours vécu dans l’antisémitisme de Jean-Marie Le Pen. Mes filles ont été élevées dans l’antisémitisme primaire. À la télévision elles rient d’un monsieur : “Oh la gueule de youde, c’est peut-être pas un Breton !” Quand Holocauste est passé, Jean-Marie leur a interdit de regarder. » C’est peut-être ce qui la désole le plus : « Elles ont été élevées comme ça. Elles disaient de quelqu’un qu’il avait une tête de “youbac”, de “youpin”, “Tonton Dolphi [Adolf Hitler, NDA] n’en a pas fait assez”. C’est une expression qu’affectionne Jean-Marie. » Elle s’alarme de voir ses filles prendre exemple sur leur père : « Quand je les vois en photo, plus elles deviennent femmes, et plus je m’aperçois que je n’ai été qu’une mère porteuse. J’ai trois enfants, mais elles ne sont plus à moi. »

PERDU

Non, cette fois, selon le Tribunal, les sources utilisées, à savoir les révélations de Pierrette Le Pen dans Globe et Rolling Stones, ne peuvent être reproduites comme telles. La Cour estimant visiblement que l’accusation portée par Pierrette Le Pen, à savoir que ses filles ont été élevées dans le racisme et l’antisémitisme, relève de la vie privée et d’une source non crédible.

C’est la condamnation qui pose le plus problème. Peut-on vraiment considérer ces faits comme relevant de la vie privée ou non crédibles, quand ils viennent d’une mère, même si l’on précise dans le livre qu’elle tient ses propos sous le coup de la colère. D’autant que ce passage sert à éclairer une polémique publique — le divorce des Le Pen — dont Marine Le Pen a fait l’un des éléments clefs de sa biographie et de sa communication politique. Pour apparaître comme une martyr des médias, sans jamais rappeler le contenu des accusations portées par sa mère.

Le procureur avait requis la relaxe sur ce point.

• Peut-on dire que le Père de Jean-Marie Le Pen n’est pas mort en se battant contre les Allemands mais en les ravitaillant ?

Le passage :

« On connaît l’argument utilisé par le fondateur du FN pour se disculper de tout esprit collaborationniste : le bateau de son père aurait été coulé par une mine allemande pendant la guerre. Ce qui lui vaut le statut de « pupille de la Nation » et peut donner à croire qu’il l’a perdu au combat. En réalité, ce dernier a pris la mer pour tenter de ravitailler un restaurant où soupait l’occupant, et il a sauté accidentellement sur une mine. Ce qui est un peu différent. Et surtout n’enlève rien au fait que Jean-Marie Le Pen fréquente volontiers d’anciens nazis. Comme l’ancien Waffen-SS Franz Schönhuber, auteur d’un livre à sa gloire : Le Pen, le rebelle. On l’aperçoit sur une photo aux côtés de Marine Le Pen, probablement à la sortie du livre, en 1997. On ne choisit pas les amis de ses parents, mais que Marine Le Pen le veuille ou non, ces personnages lui sont familiers. »

GAGNE

Oui. Selon le Tribunal, on peut rappeler cette vérité, bien que Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen utilisent fréquemment cette « mort pour la France » pour donner le sentiment qu’ils descendent d’une lignée de résistants… Marine Le Pen, lors d’un débat télévisé sur France 2 face à Caroline Fourest, avait juré de faire condamner ce point.

• Peut-on-rappeler que Marine Le Pen et Jean-Marie le Pen donnent beaucoup de leçons à la classe politique mais ne font pas beaucoup d’efforts pour remplir les déclarations exigées par le parlement européen pour prévenir les conflits d’intérêts des élus ?

Le passage incriminé :

« Marine Le Pen vante la transparence. Mais au Parlement européen, elle n’a pas daigné donner le moindre détail lors de sa déclaration de revenus et de frais que tout élu européen doit remplir. Tout comme son père. En 2002, il est épinglé pour avoir investi dans un vignoble, avec sa femme Jany, sans le mentionner sur sa fiche de député européen. Le couple s’est associé à 50 % avec un ancien braqueur devenu viticulteur : Patrick Bourson1. Une erreur de jeunesse commise après son renvoi des parachutistes, pour indiscipline. Longtemps « roi du vin », il s’est reconverti dans le négoce du champagne et a proposé aux époux Le Pen de prendre des parts dans sa société : les champagnes « François Daumale ». D’après le montant communiqué à l’assemblée générale du 26 juin 2006, elle réalise cette année-là un chiffre d’affaires de 3 798 137 euros2. Assez conséquent pour être signalé. Mais comme sa fille, Jean-Marie Le Pen semble peu désireux de remplir une certaine paperasse bruxelloise… qui se trouve avoir été mise en place pour éviter les conflits d’intérêts. Selon un haut fonctionnaire européen, « il aurait dû mentionner qu’il avait des parts d’une société » car « en tant que député, il peut être amené à voter une loi dans le secteur viticole. Il serait juge et partie». Voilà une règle simple que le FN n’a pas besoin de proposer mais pourrait au moins respecter avant de faire la morale. »

GAGNE

Oui. Selon le Tribunal, on peut rappeler que Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen vantent la transparence, sauf quand elle s’applique à eux.

• Peut-on rappeler que Jean-Marie Le Pen a menacé de mort Fernand Le Rachinel ?

Le passages incriminé :

« Juste avant la descente aux enfers, il décide de se rendre dans le bureau de Jean-Marie Le Pen, au Parlement européen, pour obtenir une explication. La conversation devient houleuse et même menaçante. En sortant, Le Rachinel, blême, se rend dans le bureau de Carl Lang pour rédiger une attestation sur l’honneur indiquant qu’il vient d’être menacé. Ce qu’il prend très au sérieux : « Le Pen devient fou quand il s’agit d’argent. Ce sont des

voyous, il ne faut jamais croiser la route de ces gens. »

GAGNE

Oui. Après le témoignage de Fernand Le Rachinel, recoupé par un autre témoin, on peut rappeler que Jean-Marie Le Pen a menacé de mort son ancien imprimeur. Sans parler de la « tentative d’extorsion de fonds », avérée et reconnue par un expert.

• Peut-on rappeler qu’il arrive à Marine Le Pen d’insulter des policiers ?

Le passage du livre :

Des soirées arrosées, qui ne tournent pas toujours bien. Comme en témoigne une anecdote survenue la nuit du 20 au 21 février 2003, alors que Marine Le Pen et des amis fêtent l’anniversaire de Frédéric Chatillon chez lui et sa femme. La soirée bat son plein lorsque des policiers frappent à la porte, pour leur signaler qu’ils empêchent les voisins de dormir. Marine Le Pen s’emporte et les couvre d’insultes, dont certaines visent le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy. Le lendemain, Marine Le Pen minimise l’affaire : « Tout cela est totalement faux […]. Ils ont demandé ses papiers à mon amie enceinte de son sixième enfant. Ils ont menacé de la menotter et de l’emmener au poste parce qu’elle ne les trouvait pas » Ce n’est pas tout à fait la version des policiers, qui ont raconté les faits en détail dans leur rapport. D’après eux, ’organisatrice de la soirée, Marie d’Herbais de Thun, se serait opposée à leur entrée dans l’appartement au prétexte qu’ils n’avaient pas de mandat, en les traitant de « trous du cul » et autres noms d’oiseaux, avant de lancer : « Ah, il est plus facile de s’en prendre à des bons Français plutôt qu’aux bougnoules! » Marine Le Pen se serait alors interposée en insultant les policiers. Ce qui vaut à toute la petite bande

d’être poursuivie pour « outrage à agents ».

On ne comprend pas

Le Tribunal estime que ce passage aurait pu être légitime si nous l’avions exprimé avec davantage de prudence… Nous avons pourtant également donné la version des faits de Marine Le Pen. Le procureur avait requis la relaxe.

Jean-Claude Martinez a-t-il le droit de considérer Marine Le Pen comme une « assistée » ?

Le passage de Jean-Claude Martinez incriminé : à propos Marine Le Pen et ses amis « Ils n’ont jamais travaillé. Ils n’ont rien ramené au PIB, moins qu’un immigré. Marine Le Pen, c’est l’assistée complète. C’est quand même un problème. On ne peut passer de l’assistanat à la Présidence de la République ! »

GAGNE

Oui. Jean-Claude Martinez a le droit de dire ce qu’il pense de Marine Le Pen et de ses amis. Et les auteures de le citer, puisqu’elles ont pris la précaution d’expliquer le climat de rage qui pouvait régner entre l’actuel Front National et ses anciens cadres.

Jean-Claude Martinez a-t-il droit de dire qu’il a été poussé à cautionner des emplois fictif ?

Le passage : « Marine Le Pen, avec ses salaires, a-t-elle d’ailleurs besoin qu’on lui paie des soirées de baby-sitting ? Cette seule question fait sortir de ses gonds Jean-Claude Martinez : « Le babysitting, c’est le Parlement européen qui le lui a payé, avec mes indemnités ! Ils m’ont fait engager Huguette Fatna, la marraine des enfants, comme assistante parlementaire… »

GAGNE

Oui, les enfants de Marine Le Pen ont bien été gardés par une baby-sitter payée comme assistante parlementaire de Jean-Claude Martinez, alors député européen FN. A l’audience, Jean-Claude Martinez a réitéré qu’elle n’avait quasiment jamais mis les pieds à Strasbourg. Son contrat de travail (produit) prévoyait d’ailleurs qu’elle travaillerait plutôt à Saint-Cloud (la résidence des Le Pen). Selon Martinez et d’autres témoins, ce système concernerait d’autres cas, où des élus du FN (payés par nos impôts) passeraient plus de temps au service de la famille Le Pen qu’à leur poste d’élu.

Jean-Claude Martinez Martinez a-t-il  ledroit de dire que Louis Aliot voit « des melons » partout ?

 

Le passage du livre : « (il)  garde un souvenir glacé de leurs conversations privées : « Il ne sait pas dire une phrase sans “melons”. Un jour, il a piqué une colère terrible contre Bompard parce qu’on le voyait en photo avec des Arabes, “au milieu des melons” comme il dit. C’est rupestre chez lui. Pariétal! »

GAGNE

Oui. Jean-Claude Martinez a le droit de rappeler que Louis Aliot préfère parler de « melons » plutôt que d’arabes.

• Peut-on dire que « Aliot est un homme du sud, né à Toulouse et implanté électoralement à Perpignan, où le racisme anti-arabes peut tourner à l’obsession » ?

GAGNE

Oui, bien sûr. Louis Aliot n’est pas fondé à agir. La phrase décrit un climat régional.

• Peut-on dire parler de « liens existant entre le grand proxénétisme et le parti le plus moraliste de France » ?
Le passage du livre : « Dans un premier temps, le service de presse du FN refuse de communiquer {sur l’arrestation de Botey, empereur de Pigalle et parrain de Marine Le Pen}. Puis dégaine un communiqué au titre moqueur (…) Amusant si l’ironie n’avait pour but de dissuader la presse de mettre son nez dans une affaire révélatrice des liens existant entre le grand proxénétisme et le parti le plus moraliste de France. Henri Botey n’est pas une vague connaissance mais un très proche de la famille Le Pen. »

PERDU/ GAGNE

Nous n’avons pas le droit de lier le FN au grand proxénétisme. En revanche, on peut tout à fait écrire que Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen ont des liens avec le grand proxénétisme, puisque c’est le cas.

Le procureur avait requis la relaxe sur ces 3 points (plainte du FN, de Jean-Marie Le Pen et de Marine Le Pen). Le tribunal nous donne raison sur 2 points sur 3.

 • Peut-on dire que le père des enfants de Marine Le Pen tirait au revolver depuis les toits ?

Le passage du livre : « Un ancien membre du Front national se souvient qu’il lui arrivait de finir une soirée en tirant au revolver depuis les toits. »

PERDU

Non. Nous avons été condamnées sur ce point anecdotique, alors qu’il ne diffame personne… Il rappelle simplement que, d’après plusieurs témoins, le premier mari de Marine Le Pen est un fêtard, à qui il peut arriver de s’amuser en tirant en l’air de puis les toits.

Signalons d’ailleurs que nous n’avons jamais cité son nom, pour protéger le nom complet des enfants de Marine Le Pen. Cette plainte, en revanche, expose de fait le nom de son premier mari, et donc celui de ses enfants.

C’est le seul point où le procureur n’a pas requis la relaxe. Il avait laissé ce point en suspens.

Alors faut-il faire appel ?

En appel, aucun témoin ne peut être entendu. Certains de ces témoins, cités dans le livre, sont poursuivis comme nous. En faisant appel, toute la procédure serait réenclenchée et nous leur ferions courrir le risque de ne plus être relaxés, sans pouvoir cette fois se défendre à la barre. Nous préférons les protéger.

Pour gagner sur quelques points futiles (comme le fait d’avoir cité les propos de Pierrette Le Pen au moment du divorce), nous risquerions de perdre sur d’autres points, bien plus essentiels, que nous avons gagnés : les conditions réelles qui ont valu au grand-père de Marine Le Pen d’être considéré comme « mort pour la France », mais surtout une gestion népotique, peu respectueuse du FISC et des règlements prévus pour lutter contre les conflits d’intérêts, et même le recours à des emplois fictifs.

Ce que nous avons gagné.

Le droit de dire :

– que Marine Le Pen et Jean-Marie le Pen ont des liens avec un grand proxénète

– que Jean-Marie Le Pen travestit l’histoire concernant son père et que sa fille aussi.

– que Jean-Marie Le Pen a menacé de mort Fernand Le Rachinel, et même tenté de l’escroquer.

– que Marine Le Pen n’a guère de problème à faire garder ses enfants par une assistante parlementaire censée travailler au Parlement européen.

En revanche nous ne dirons plus

– que le Front National a des liens avec le grand proxénétisme

– que l’ancien mari de Marine Le Pen aime tirer sur les toits après une soirée

– que les filles de Jean-Marie Le Pen ont été élevées dans le racisme et l’antisémitisme à partir de citations précises tirées de scènes de la vie privée rapportées par leur mère.

Voilà pourquoi, après avoir mûrement réfléchi, nous avons décidé de ne pas faire appel mais de continuer à nous battre sur notre terrain : non pas celui de la procédure mais celui de l’argumentation, par l’enquête et l’analyse.

En préparant une édition définitive de notre livre, augmentée.

Pour commander le poche 

Nous tenons à remercier Le Procureur, qui avait demandé la relaxe du livre de façon très argumentée et qui a été bien entendu attaqué par le FN.

Nous tenions à remercier nos avocats, sans qui enquêter sur le Front national deviendrait une mission impossible.

Nous tenions à remercier nos éditeurs, pour leur confiance et leur soutien, constant.

Les témoins qui ont accepté de prendre le risque d’être poursuivis par la famille Le Pen en nous parlant.

Et surtout nous tenions à remercier nos lecteurs, de continuer à croire que certains livres sont nécessaires pour démasquer les stratégies de communication et d’intimidation qui fragilisent notre démocratie.

27 réflexions sur “Quelles conclusions après le Procès « Marine Le Pen » ?

  1. Bravo : j’ai une admiration sans bornes pour votre courage et votre intelligence.

  2. La presse n’aurait jamais du offrir ce boulevard à la communication de l’héritière.
    Vous avez été condamnée pas parceque vous avez menti mais parceque vous avez heurté les sentiments de Marine Le Pen. Ce qui fait de vous, pour moi, une combattante blessée mais victorieuse

  3. Ravi de constater que vous avez gagné sur de nombreux plans essentiels, cependant j’ai besoin que éclairiez ma lanterne sur une partie des conclusions générales.

    « Nous n’avons pas le droit de lier le FN au grand proxénétisme. En revanche, on peut tout à fait écrire que Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen ont des liens avec le grand proxénétisme, puisque c’est le cas. »

    J’ai eu beau le lire et le relire, je n’arrive pas à comprendre cette phrase. Pourriez vous m’expliquer cette partie du compte rendu.

  4. Cette condamnation partielle est essentiellement procédurière. Vous avez évidemment raison (et 100 fois plus sur le fond). Comme vous dites, laissez les procédures « procès durer » et continuez d’argumenter comme vous l’avez toujours fait. C’est cela qui leur fait mal. Je vous soutiens plus que jamais.

  5. Je ne suis pas sûr de ce que vous ne comprenez pas. Il me semble simplement comprendre qu’on peut lier Marine et Jean-Marie Le Pen (personnellement) au grand proxénétisme, mais pas le FN.

    Merci pour cet article !

  6. Je pense qu’il est sage de ne pas faire appel, dès lors que marine LePen se sert de cette affaire pour être présente dans les médias. Inutile de relancer la machine à produire de l’intox! Par contre, publier une nouvelle version du livre vous vaudra à vous d’être entendue de nouveau, à elle aussi sans doute, mais au moins il y aura équité dans l’accès aux médias sur cette affaire.
    La judiciarisation que j’observe depuis qques années est délétère(parfois, les procès sont nécessaires, parfois non, ils bloquent les débats; trop de procès affaiblit la notion même de justice, en tout cas en ce qui concerne le débat d’idées).
    Battez vous encore sur le terrain du journalisme d’investigation et de critique. C’est votre métier. Ecrivez et parlez, ce sont vos moyens de l’exercer. Et courage à vous.

  7. Camille, en fait trois « personnes » attaquaient le passage suivant. Le FN, Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen. Le FN a gagné et Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen ont été déboutés.
    Donc désormais il est autorisé de rappeler que Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen ont des liens avec le grand proxénétisme. Mais il est diffamatoire de dire que le FN a des liens avec le grand proxénétisme.

  8. Je ne suis pas non plus complétement convaincue qu’il faille poursuivre par un appel, même si sur bien des points la décision rendue me laisse perplexe. Ce procès au final, vous l’avez gagné, tant fondamentaux sont les « points gagnés », les « points perdus » eux restent de détail…
    Alors continuons !

  9. Bravo Caroline , je ne suis pas de votre bord mais je serai toujours avec vous quand vous dénoncerez l’imposture de l’entreprise familiale .
    Courage , continuez , la vérité finit toujours par triompher .

  10. Bravo, Caroline et Fiammetta! Heureusement qu’ils existent des gens comme vous qui ne se laissent pas intimider par ces gens sans foi (à part la mauvaise) ni loi… J’avais acheté votre premier bouquin et je ferai de même pour le second… En espérant que vous expliquerez un peu pus en détail ce qui vous est arrivé à la fête de l’Huma, cette année. Courage à vous et ne lâchez rien!

  11. Comme tout le monde, bravo, et merci de continuer à vous battre. Face aux extrémismes de tous poils, c’est de plus en plus dur aujourd’hui.

    Par contre je suis surpris: « En appel, aucun témoin ne peut être entendu. » Ah bon? Aucun nouveau témoin il me semble, mais ceux présent lors du premier jugement peuvent l’être quand même non?

  12. Je viens de vous entendre sur F Culture et de vous découvrir vraiment ; d’où une recherche sur le net et me voici sur votre blog.
    Pour tout ce que vous (avez écrit) écrivez et dîtes : M E R C I !
    Je suis désormais ‘abonné’ à votre blog.
    P.H.

  13. Je suis admiratif du travail d’investigation que vous avez fait. Je vous suis à 100%.

  14. Je vous recommande vivement tous les différents ouvrages de Caroline Fourest et Fiammetta Venner. Ils sont tous passionnants.
    Merci et courage! en effet, ne lâchez rien!

  15. Toujours est il que tout ce remue ménage vous arrange bien, et que vous ne vous cachez même pas de vous servir de ces procès pour faire de la pub pour votre livre.(source: La première image de votre article « le livre qui fache M. Lepen »).

  16. Vous n’êtes pas nombreuses toutes les deux, certes.
    Mais vous n’êtes pas seules.
    UN chouïa dans l’ombre -un peu trop ?- nous sommes là à vous approuver.
    Mille et une ondes positives.

  17. il faut continuer de se battre contre une telle ignominie. Chaque jour, jusqu’à la plus petite échelle, contre cette menace permanente. C’est aussi une lutte contre la bêtise et l’ignorance. Mon propre frère a eu ces deux points faibles, et soutient ce parti. Je me bats contre ces fléaux en rejetant le mépris, même si j ai honte , et en faisant le plus possible l’inverse

  18. J’arrive bien après la bataille mais je voulais vous féliciter sur votre travail précis, argumenté et sourcé, du vrai journalisme d’investigation comme on en vois que très peu en France hélas.

  19. En tant que « sympatisant » (mot mis entre guillemets simplement parce que je n’ai pas les poils qui s’hérissent à la simple vue du mot FN, ou LE PEN…), je trouve cet article intéressant.
    Il serait aussi très très intéressant de faire le même genre d’enquête sur les autres politiques qui nous dirigent, car il y aurait surement autant de choses à dire, si ce n’est plus !!
    C’est quand même incroyable de constater l’acharnement politique et médiatique contre elle et son parti, quand un Laurent Fabius (affaire du sang contaminé…), un Juppé et bien bien d’autres jouissent d’une « nouvelle peau » et que personne ne s’en offusque… Personnellement, les voir revenir sur le plan politique me dégoute au plus haut point !!!
    Les Français ont décidément la mémoire courte. Après 40 ans d’alternance gauche/droite, et vu où en est notre pays, je m’interroge toujours quant à la peur presque « universelle » envers les solutions qu’elle propose…
    En bref, foutez lui un peu la paix, et écrivez des livres sur comment les marché financiers ont économiquement menotté notre pays, comment le parlement européen a t-il pris le pouvoir dans notre nation etc… Des sujets bien plus intéressants que de savoir qui est le grand père de M. ou Mme X, qui fait de bonnes déclaration etc…
    Encore des sujets qui font diversion sur ce qu’est réellement notre monde, la manière dont il fonctionne, et quelles solutions sérieuses pourraient nous remettre dans le droit chemin…

  20. En tant que citoyen de ce pays dont un oncle a été massacré par des nazis il y aura soixante dix ans le 4 septembre prochain, je dois dire que je n’ai pas les poils qui me hérissent à l’évocation certaine couleur à la mode chez un paquet de concitoyen-ne-s.
    Non pas mais une tranquille détermination à montrer que certains des reflets de cette couleur loin d’être irisés et chatoyants sont de fait des variétés de bruns mâtinés de kaki.
    Je vous donne raison pour ce qui est de la mémoire courte mais n’arrêterait pas la période d’examen au demi-siècle : il faut remonter à 33-45, à 1870-1920, et plus loin encore. Cf. La France coloniale, esclavagiste, féodale.
    Je suis d’ailleurs en train d’étudier par le menu le « PROJET » du dit « FRONT NATIONAL » et -je ne m’en étonne pas- cela rafraîchit singulièrement la mémoire : première page, les ANCIENS COMBATTANTS, c’est symbolique non ?
    A peine plus loin, il est question de DÉFENSE, d’ETAT FORT, de création d’une milice (pardon GARDE NATIONALE d’un effectif de 50 000 mobilisable au doigt et à l’œil, et tout à l’avenant. Avec interdiction de déployer le drapeau européen bien sûr.

    En 2017, au pire, il est possible que la tête de liste RBM devienne présidente de ce pays, ce sera alors le fait que les gens n’auront pas su écouter Caroline FOUREST et sa collègue, ni plein d’autres.
    Mais, en ce cas, soyez sûr que réaction il y aura, analyse de la situation et travail à reconquérir le système en place par la voie qui sera la plus à même de réussir.
    AU PIRE bien sûr.

  21. On devrait d’avantage ecouter ce que vous dites, on se dirige droit vers une prise de pouvoir de Marine Le Pen. Vos paroles sont essentielles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s