Les nouveaux inquisiteurs

Les images calcinées de Charlie Hebdo en rappellent d’autres. Celles du cinéma incendié en 1988, à Saint-Michel, par des intégristes catholiques en croisade contre La Dernière Tentation du Christ, de Martin Scorsese. Un blessé à vie et une condamnation unanime. A l’exception notable de Bernard Antony, député européen du Front national, qui dit comprendre les motivations des incendiaires… Et pour cause. Il a allumé la mèche. En menaçant ceux qui diffuseront ce film de représailles.

Dans la foulée, son association – l’Agrif – revendique le concept de « racisme anti-chrétien » pour tenter d’enrôler la législation antiraciste au service de la lutte contre le blasphème. Tout journal se moquant du christianisme sera traîné en justice. A commencer par Charlie Hebdo qui, n’en déplaise aux rois de la mauvaise foi, a largement croqué Jésus et bien peu Mahomet.

Dessiner le prophète de l’islam demande plus de courage et plus de patience. Notamment vis-à-vis de tous ceux qui se tordent de rire quand Charlie est attaqué pour « christianophobie », mais tordent le nez quand on l’accuse d’« islamophobie ». Ceux-là vous diront que les musulmans de France sont minoritaires et potentiellement victimes de racisme. Ils feignent d’oublier que Charlie Hebdo vise les intégristes, particulièrement puissants et agressifs à l’échelle du monde.

Ce qui ne veut pas dire que l’intégrisme chrétien soit doux comme un agneau. Les fous de Dieu prêts à incendier un cinéma ressemblent comme des jumeaux à ceux prêts à brûler un journal. Les salafistes de Forsane Alizza ont d’ailleurs manifesté main dans la main avec les intégristes catholiques de Civitas contre la pièce de Romeo Castellucci. Non seulement, ces zélotes n’ont aucun respect pour la liberté de penser et de créer, mais ils n’ont aucun humour. Analphabètes de la dérision, littéralistes du dessin, ils sont incapables de faire la différence entre la critique des identités (être musulman ou catholique) et celle des idées (la religion ou ses abus).

Leur manque de recul fait peser un risque très sérieux sur la démocratie et le débat d’idées. Il suffit d’agiter le chiffon rouge de la « religion attaquée » pour que des troupes de petits soldats spontanés foncent dans le tas comme des buffles sur Internet. Comme sur Facebook, où ils ont inondé la page officielle de Charlie Hebdo d’insultes et de menaces, avant même la sortie du numéro. Et demandent maintenant la censure de sa page officielle.

C’est là que se situe le danger : dans le fait que les nouvelles technologies vont peut-être exaucer les voeux moyenâgeux de ces nouveaux inquisiteurs. Digne produit de la société de consommation sur un mode communautaire et anglo-saxon, Facebook comporte une rubrique permettant de censurer des propos « attaquant une religion ». Tout comme Apple retire volontiers des images érotiques si des ligues de vertu le lui demandent. Par contre, Twitter ne réagit pas lorsque son réseau permet de relayer des menaces de mort contre ceux qui critiquent l’intégrisme. Drôle de monde, où la liberté d’expression sert les plus violents, mais se mue en inquisition quand il s’agit de rire du fanatisme.

Caroline Fourest

Chronique « Sans détour » | LEMONDE | 04.11.11 | 13h15   •  Mis à jour le 04.11.11 | 16h11