Tariq Ramadan et son double

TR-pressTV

Après des mois d’hésitations, la mairie de Rotterdam a dû se rendre à l’évidence. L’orientation idéologique de Tariq Ramadan n’est pas compatible avec le poste de « conseiller en intégration et en multiculturalisme » qu’elle lui a confié. Voilà des mois que ce poste fait polémique. L’alerte a notamment été donnée par des associations gays et lesbiennes, inquiètes de ses positions pudibondes et homophobes. Comme celle où Tariq Ramadan explique que, pour l’islam, l’homosexualité « révèle une perturbation, un dysfonctionnement, un déséquilibre ».

Jusqu’ici, le prédicateur s’en est sorti par une pirouette. En profitant d’une autre citation, sortie de son contexte, pour nier tout en bloc. Comme souvent, des journalistes ont recopié ses communiqués, sans vérifier. A les croire, ces propos sur l’homosexualité « n’ont jamais pu être prouvés ». Faux. La phrase qu’on lui reproche est parfaitement exacte et provient d’un livre intitulé Peut-on vivre avec l’islam ? (éditions Favre, 2004, p. 152).

Dans d’autres écrits et d’autres conférences, Tariq Ramadan prend position contre les mariages mixtes entre une musulmane et un non-musulman, interdit à ses fidèles d’aller dans des piscines mixtes, fustige l’islam moderniste comme un « islam au rabais, un islam… sans islam » et glorifie Hassan Al-Banna, le fondateur du mouvement totalitaire des Frères musulmans, comme un modèle à suivre.

Son positionnement, complexe à décrypter, est assez simple : faire passer l’intégrisme politique pour un juste milieu entre l’islam salafiste et l’islam moderne. Ce qui revient à faire passer l’islam progressiste pour un extrême, et à demander aux pouvoirs publics de soutenir un islam intolérant et réactionnaire en guise de moindre mal.

Déjà vingt ans que cela dure. En Suisse, dans les années 1990, des journalistes l’ont porté aux nues comme un modèle d’intégration… Avant de déchanter. Notamment lorsqu’ils réalisent la sympathie dont bénéficie le Front islamique du salut (FIS) parmi ses troupes. Ramadan se concentre alors sur la France, jusqu’à ce que son « double discours » soit démonté. Depuis, il a pris sa revanche en Angleterre, en Belgique et au Canada, partout où l’intégrisme s’épanouit à l’ombre du droit à la différence. Quitte à nourrir un retour de flamme populiste et xénophobe chaque fois que la tolérance s’avère abusée.

En l’occurrence, à force de faire la sourde oreille, la mairie de Rotterdam a nourri le populisme anti-islam d’un Geert Wilders. Elle a cru à des accusations racistes. Elle se réveille en découvrant que son « médiateur » anime une émission hebdomadaire sur Press TV, une chaîne anglophone financée par le gouvernement iranien. On ne trouve pas l’ombre d’une critique envers le régime dans ces émissions diffusées avant, pendant et après la fraude électorale. Le 18 juin, alors que plus d’un million d’Iraniens bravent l’interdit pour réclamer des élections libres et non truquées, Tariq Ramadan s’inquiète du score des listes populistes aux élections européennes… Son émission commence par un clip annonçant le retour du nazisme européen, comme dans les années 1930, mais tourné contre les musulmans (le mot « juif » n’est pas prononcé).

Le message colle parfaitement à la paranoïa anti-occidentale de Press TV, destinée à relayer la propagande iranienne auprès du monde anglo-saxon. Notamment celle minimisant la Shoah… Visiblement, la chaîne connaît mieux le message de Tariq Ramadan que la mairie de Rotterdam, qui vient de mettre fin à son salaire.

Comme à son habitude, le télé-prédicateur ne manque pas d’attribuer ses derniers ennuis en date à la montée d’un climat « islamophobe ». C’est pourtant tout le contraire. La peur du racisme lui fait gagner du temps. Si Tariq Ramadan était chrétien, son masque tomberait plus vite. Aucune mairie de gauche n’a jamais eu l’idée d’embaucher un télévangéliste réactionnaire comme conseiller en « multiculturalisme ».

Caroline Fourest

LE MONDE | 28.08.09

Pour écouter les vingt premières minutes de l’émission de Tariq Ramadan sur Press Tv, alors que des répressions sanglantes ont lieu en Iran…

Tariq Ramadan sur Télé-Ahmadinejad

A noter, Ramadan se présente parfois comme agent de pacification auprès du monde musulman. Problème : il maîtrise pas suffisamment l’arabe littéraire pour passer sur Al-Jazira, et ne parle pas persan. C’est donc en français et anglais, auprès du public musulman européen, qu’il a un impact… Celui de les politiser et de les radicaliser.

Ps : LE BNP, l’UDC et Geert Wilders tiennent en effet des discours anti-Islam qu’il faut condamner, mais de façon antiraciste. La leçon fait sourire venant d’un prédicateur salarié du gouvernement iranien !

Pour en savoir plus sur Tariq Ramadan : https://carolinefourest.wordpress.com/2009/08/21/l’integration-vue-par-tariq-ramadan

Une réflexion sur “Tariq Ramadan et son double

Les commentaires sont fermés.