Au Pakistan, être chrétien est un blasphème

pakistanlags

En Israël, le leader untranationaliste Avigdor Lieberman voudrait déchoir de la nationalité tout Arabe israélien qui ne reconnaît pas le caractère « juif » de l’Etat d’Israël. Au Pakistan, ce foyer musulman créé un an plus tôt, en 1947, une loi antiblasphème persécute toute personne menaçant le caractère islamique de l’Etat pakistanais. Deux étudiantes viennent d’en faire les frais. Comme plus de 900 personnes avant elles.

Les affaires de « blasphème » sont si nombreuses, que la presse peine à suivre. Peu de détails sont donnés. On pense à des mécréantes. En réalité, ces deux étudiantes infirmières sont chrétiennes. Dans un pays où l’islam règne en maître, elles ont bravé l’interdit en accrochant la photo d’un Christ en croix dans les couloirs de leur faculté. Une provocation symbolique. Un double blasphème au regard de la loi pakistanaise : cette représentation contredit la version du Coran selon laquelle le Christ n’a pas été crucifié, et enfreint la loi interdisant de représenter l’un des prophètes de l’islam, dont Jésus fait partie. Les deux étudiantes risquent la peine de mort, en vertu d’une loi qui remonte aux années 1980.

A l’époque, le général Zia, président du Pakistan, pensait calmer ses alliés islamistes en durcissant le code de procédure pénal. Depuis, quiconque blasphème « par des mots ou par une représentation visible, par une imputation ou une insinuation, directement ou indirectement » risque la mort. Un seul témoin oculaire suffit pour être inculpé. La loi sert aussi bien à lutter contre la liberté d’expression des opposants politiques qu’à restreindre la liberté des minorités religieuses.

En 2000, Younès Sheikh, un médecin, est accusé d’avoir insulté le Prophète lors d’une conférence qu’il n’a jamais donnée. En réalité, on lui reproche d’avoir « blasphémé » contre l’Etat et d’avoir dénoncé les petits arrangements entre le gouvernement pakistanais et les islamistes. Il sera finalement acquitté le 21 novembre 2003, après une mobilisation internationale. Le tribunal a reconnu que les mollahs accusateurs avaient menti sous serment. Le 11-Septembre et le changement de politique de Musharraf sont aussi passés par là. En janvier, le nouveau gouvernement d’Asif Ali Zardari a annoncé son intention d’abolir la loi antiblasphème. En attendant, les groupes islamistes menacent et les tribunaux résistent.

Selon Justice et paix, une commission épiscopale, 80 chrétiens sont toujours en prison. Aux côtés d’hindous, de sikhs ou d’ahmadi, une secte issue de l’islam. Au moins vingt personnes ont été tuées par la population. Comme ce jeune ouvrier hindou de 22 ans, battu à mort par ses camarades d’usine après qu’une conversation eut été engagée sur le thème de la religion… C’est dire s’il fait bon vivre au Pakistan lorsqu’on appartient à une minorité religieuse !

Le climat est à peine meilleur en Algérie. En mars 2008, une éducatrice algérienne, Habiba Kouider, est arrêtée pour avoir transporté des Bible. Le procureur lui met le marché en main : « Tu réintègres l’islam, et je classe le dossier ; si tu persistes dans le péché, tu subiras les foudres de la justice ! » Le verdict se fait attendre.

L’Etat algérien dit vouloir se protéger du prosélytisme évangélique venant d’outre-Atlantique. D’autres Etats aimeraient bien se protéger du prosélytisme intégriste venant du Golfe. Ils n’arrêtent pas pour autant toute personne transportant des Coran. Cela n’empêche pas les représentants du Pakistan et de l’Algérie de donner des leçons en matière de respect des religions au Conseil des droits de l’homme. Ni de tonner contre la laïcité, notamment française, qui stigmatiserait de façon « islamophobe » ses minorités. Surréaliste. Le système laïque ne discrimine aucune religion en particulier. Soixante-dix pour cent des musulmans de France reconnaissent ses vertus. A l’inverse, les non-musulmans algériens, égyptiens ou pakistanais seront discriminés tant que leurs gouvernements continueront à jouer avec le feu du politico-religieux.

Caroline Fourest

Paru dans LE MONDE | 27.02.0