Affaire Redeker : à quoi joue la DST ?

03 octobre 2006

L’affaire Redeker est grave, ne serait-ce que parce qu’il est toujours grave de voir sa liberté remise en question pour un écrit. Mais dans cette affaire, Robert Redeker semble surtout privé de sa liberté par le zèle excessif et légèrement étonnant de la DST. En effet, plusieurs affaires de ce genre (menaces sur des forums internet et par courrier) ont déjà eu lieu maintes fois et jamais la DST n’avait jugé bon de réagir aussi vivement.

Après mon livre sur Tariq Ramadan, et surtout après le manifeste des « douze contre le totalitarisme », nous avons encaissé des messages du même ordre sans qu’aucun service n’ait jugé bon de nous exfiltrer voire séquestrer (juste une surveillance en bas de l’immeuble après Frère Tariq). Mohamed Sifaoui, pour ses enquêtes sur l’islamisme, a même été visé explicitement par des messages et des consignes. Les services de police lui ont simplement demander de s’éloigner de son domicile avec sa famille quelques jours. Dans le cas des caricatures, la rédaction de Charlie Hebdo a été placée sous protection, ainsi que Philippe Val, mais il a toujours pu se déplacer. Alors que le contexte était nettement plus tendu.

Alors pourquoi tant de zèle dans l’affaire Redeker ? Davantage que le niveau des menaces, habituel, c’est bien le niveau de la réaction policière qui a changé. Le professeur ne peut plus retourner à son domicile depuis plus de dix jours, il change de lieu tous les trois jours et tous les frais sont à sa charge. Il est le premier à déplorer ces conditions quelques peu sévères. Voici ce qu’il écrit à ses amis : « Je n’ai plus le droit de loger chez moi (sur les sites me condamnant à mort il y a un plan indiquant comment venir à ma maison pour me tuer, il y a ma photo, celle des lieux où je travaille, des numéros de téléphone, et l’acte de condamnation). Mais en même temps on ne me fournit pas d’endroit, je suis obligé de quémander, deux soirs ici, deux soirs là… Je suis sous protection policière permanente. Je dois annuler toutes les conférences prévues. Et les autorités m’obligent à déménager. Je suis un SDF. Il s’ensuit une situation financière démente, tous les frais sont à ma charge, y compris ceux, éventuels, d’un loyer d’un mois ou deux éloigné d’ici, de deux déménagements, de frais de notaire, etc. C’est bien triste. »

Nous nous sommes parlés au téléphone. Il confirme son désir de retourner chez lui ou du moins dans un domicile plus familier. Pourquoi la DST ne se contente-elle pas de lui fournir une protection le temps nécessaire au lieu de le contraindre à se cacher comme un fugitif ?

Ces services détiennent-ils des informations précises ou sont-ils dans le « bleu ». Si leur attitude est uniquement motivée (ou alors qu’ils le démentent et s’expliquent) par des menaces sur un forum islamiste en anglais, certes très violentes, mais qui ne justifient pas que l’on cède à une telle panique, que faut-il en penser ?

1- Soit les services compétents sont dans le bleu absolu et leur ministère de tutelle ne souhaite prendre aucun risque à l’approche des présidentielles, au risque de créer un effet de panique légèrement disproportionné qui punit Robert Redeker au lieu de le protéger.

2- Soit le système actuel coûte moins cher que de fournir une protection mobile à Robert Redeker, mais là aussi ce système punit surtout Robert Redeker…

3- Soit, l’affaire Redeker fait les frais d’un zèle visant à secouer certaines filières, notamment dans la région toulousaine ?

Ce ne sont que des hypothèses. Et bien entendu, il ne s’agit absolument pas de freiner la mobilisation en faveur de la liberté d’expression et de Robert Redeker, nécessaire et justifiée (puisque sa vie est bien devenue un cauchemar pour avoir simplement écrit une tribune). Simplement de s’interroger sur le choix policier et donc politique opéré. La défense du droit à l’esprit critique passe aussi par cette vigilance. Encore une fois, Robert Redeker ne doit pas être puni mais protégé.

Caroline Fourest

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s